La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Rainer Maria Rilke

A propos

Rilke, à risques et périls Dans ses récits des années 1890, véritable creuset d’une œuvre éprise d’absolu, le jeune Rainer Maria prend la mesure du manque essentiel de la réalité. Devant la volonté d’idéal, l’existence de tous les jours est souvent démunie, et les idéaux les plus purs risquent bien d’être défigurés une fois passée l’épreuve de la réalité. Non que ne se produisent ces instants où l’Absolu semble être à portée de la main, et Rilke (1875-1926) excelle à décrire ces moments de grâce dans lesquels le Moi, grisé de désir, d’amour ou de bonheur, se plonge avec ravissement. Mais ces états heureux d’harmonie, avec l’Autre, avec soi ou avec le cosmos, sont toujours précaires. Tel est ce basculement tragique, cette chute vertigineuse, que met en scène avec...
juillet 2006
Le Matricule des Anges n°75

Ouvrages chroniqués

Correspondance à trois
de Boris Pasternak , Rainer Maria Rilke , Marina Tsvétaïeva
2003
Le temps d’un été, en 1926, trois très grands poètes -Rilke, Pasternak, Tsvétaïéva- livrent les vérités secrètes qui les consument. Une correspondance ruisselante d’âme nue. Décembre 1925. L’Europe fête les cinquante ans de Rilke. Par l’intermédiaire de son père Boris Pasternak est mis en contact avec Rilke. Il n’a rien écrit d’intéressant depuis Ma sœur la vie (1917), et nourrit difficilement sa petite famille à Moscou. C’est le début d’un échange débordant d’admiration. « Je vous suis redevable du fond même de mon caractère, de la forme même de mon existence spirituelle. (…) Maintenant, c’est comme si j’étais né de nouveau. Grâce à deux hasards ». À celui que nous venons d’évoquer, il faut ajouter la lecture enthousiaste du Poème de la fin de Marina...
Richard Blin
juillet 2003
Le Matricule des Anges n°45
la Huitième Élégie de Duino
de Rainer Maria Rilke
Roger Munier traduit et commente La Huitième Elégie de Duino de Rilke pour un éclairage sans filtre sur une œuvre qui questionne sans relâche. Qui donc nous a inversés de la sorte que,/ quoi que nous fassions, nous ayons la contenance/ de quelqu’un qui s’éloigne (…) ainsi vivons-nous, sans fin prenant congé. » Composée après la Première Guerre mondiale, La Huitième Elégie de Duino fait partie de ces œuvres qui n’en finiront jamais de nous interroger. En quelques vers qui « défient la traduction » (Klossowski), le poète pointe le doigt sur un invisible qui fait de l’humain un spectateur, un être hors du monde. Non pas par son impossibilité à voir ce qui se dérobe, mais, au contraire, par sa faculté de voir, de mettre à distance,...
Thierry Guichard
septembre 1998
Le Matricule des Anges n°24
Lettres sur Cézanne
de Rainer Maria Rilke
Octobre 1907. Dans la capitale française, l’événement a lieu au Salon d’Automne : la rétrospective Cézanne célébre le premier anniversaire de sa mort. Dans les premières lettres adressées à Clara Westhoff, son épouse depuis 1901, Rilke impose encore sa voix de poète : « Des nuages, des nuages lâches, du vent, de brèves ondées, et d’une haute éclaircie, soudain, du soleil, ainsi qu’un coup de projecteur, brutal, massif, rapide, sur quelque chose de mouillé qu’être ainsi ébloui rend absolument blanc ». Mais après un échange intime et comme amoureux avec les toiles de Cézanne, le poète...
Didier Garcia
février 1996
Le Matricule des Anges n°15