La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ron Butlin

Ouvrages chroniqués

Visites de nuit
de Ron Butlin
2005
L’écrivain écossais Ron Butlin a l’art de se tenir au plus près du détail où se noue l’intense de l’émotion ou de la souffrance. Ron Butlin, avant de se consacrer entièrement à l’écriture, a été racleur de bernacles sur les barges de la Tamise, valet de pied au service de différentes ambassades et hôtels particuliers, modèle artistique, et même auteur de chansons dans un groupe pop. Il aime les situations tranchées, la musique viscérale et psychique qu’engendrent les grands maux. Après Le Son de ma voix (Prix Millepages 2004 du meilleur roman étranger), qui s’attachait aux pas d’un cadre ayant brillamment réussi mais qui, miné par l’alcool, glisse doucement mais sûrement sur la pente de la plus inéluctable des...
Richard Blin
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64
Le Son de ma voix
de Ron Butlin
2004
Dans un roman désespéré, Ron Butlin dresse le portrait accablant d’un cadre désespéré qui se dilue dans l’alcool, le « solvant universel ». Morris Magellan est l’un de ces mornes traîne cravates que l’on croise à l’aube dans les trains de banlieue, menottés à des porte-documents lourds comme des menhirs. Dans la cellule de leurs bureaux compartimentés, que tentent de divertir des reproductions de Mondrian, des dossiers « Janv-Mars » et des graphiques allument de ternes feux d’artifice. Quelques secrétaires à bloc-notes fabriquent bien des courants d’air, de temps à autre, mais l’air est triste, irrespirable. Les gosiers s’assèchent. Cadre dirigeant de Biscuits Majestic S.A., en Ecosse, Morris, la trentaine racornie...
Pascal Paillardet
mars 2004
Le Matricule des Anges n°51