La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ryôkan

Ouvrages chroniqués

Poèmes de l’Ermitage
de Ryôkan
2017
Ainsi s’exprimait Ryôkan (1758-1831), un moine zen, et un ermite-poète, dont Alain Colas vient de traduire intégralement les Poèmes de l’ermitage. Peu connu de son temps mais devenu presque légendaire au Japon, Ryôkan – du nom sous lequel il a été ordonné moine – ne se soucia jamais de faire « une œuvre ». Le premier recueil d’une partie de ses poésies, La Rosée d’un lotus (Gallimard, 2002), fut constitué, après sa disparition, par une jeune moniale, Teishin, à laquelle il avait été lié par une amitié amoureuse à la fin de sa vie. Personnage nonchalant et souvent fantaisiste, qui refusa la carrière administrative et choisit le bouddhisme sous sa forme zen, Ryôkan, formé dans l’ordre Sôtô de Dôgen, devint un moine qui, préférant la...
Richard Blin
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185
Avertissements
de Ryôkan
2017
Ainsi s’exprimait Ryôkan (1758-1831), un moine zen, et un ermite-poète, dont Alain Colas vient de traduire intégralement les Poèmes de l’ermitage. Peu connu de son temps mais devenu presque légendaire au Japon, Ryôkan – du nom sous lequel il a été ordonné moine – ne se soucia jamais de faire « une œuvre ». Le premier recueil d’une partie de ses poésies, La Rosée d’un lotus (Gallimard, 2002), fut constitué, après sa disparition, par une jeune moniale, Teishin, à laquelle il avait été lié par une amitié amoureuse à la fin de sa vie. Personnage nonchalant et souvent fantaisiste, qui refusa la carrière administrative et choisit le bouddhisme sous sa forme zen, Ryôkan, formé dans l’ordre Sôtô de Dôgen, devint un moine qui, préférant la...
Richard Blin
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185