La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sébastien Brebel

Ouvrages chroniqués

Erre, erre
de Sébastien Brebel
2021
Un homme, qui séjourne dans un village après un accident, perd peu à peu ses repères. Erre, erre, jusqu’au vertige. Sébastien Brebel, c’est cinq livres en vingt ans : Place forte, Le Fauteuil de Bacon, Villa Bunker, La Baie vitrée et aujourd’hui Erre, erre, tous chez P.O.L. Leur point commun : ils cultivent souvent une inquiétante étrangeté, et celui-ci particulièrement, dont le titre fait écho aux paroles d’une chanson de Bashung. Dans cette histoire d’un homme – le narrateur – qui semble fuir quelque chose, tout se fait opaque, tend à l’indécision. Les personnages, à commencer par Léo, le protagoniste, paraissent le plus souvent déphasés, dans l’évitement. Le décor – un village du nom de « Morne » –...
Anthony Dufraisse
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224
La Baie vitrée
de Sébastien Brebel
2013
Elles auraient entre 26 et 74 ans, seraient à la fois fortes et au bord du gouffre, démunies et perverses, à Dunkerque et dans un train, sur un banc et au fond d’une baignoire, invitées et en effraction, suicidaires et volontaires. Les quatorze femmes dont Sébastien Brebel fait le foyer (au sens photographique) de ses nouvelles pourraient n’en constituer qu’une seule. Par quelque bout qu’on la prenne, l’existence ténue de ces « personnages » nous échappe. Et pour cause : le conditionnel, le futur incertain et le douteux présent de l’indicatif, le principe de contradiction et les multiples...
Chloé Brendlé
juillet 2013
Le Matricule des Anges n°145
Villa bunker
de Sébastien Brebel
2009
Le troisième roman de Sébastien Brebel raconte le délitement des êtres et la fragilité de la mémoire, à travers l’impossible construction d’un chez-soi. Prenez un lieu familier, simple, comme une maison. Videz-le de toute substance et de tout réalisme. Peuplez-le de cauchemars vagues et d’objets insolites, rappelant lointainement un passé, individuel ou collectif. Faites en sorte qu’il ressemble autant à une villa qu’à un bunker, qu’il soit indescriptible, et en même temps terriblement présent. Villa Bunker est la chronique de cette anamorphose. Comme les deux précédents livres de Sébastien Brebel, Place forte et Fauteuil de Bacon, un conte du naufrage et du frêle désastre, de l’envoûtement et de la dépossession de soi. Dans L’Écume des...
Chloé Brendlé
novembre 2009
Le Matricule des Anges n°108
Le Fauteuil de Bacon
de Sébastien Brebel
2007
Le deuxième roman de Sébastien Brebel est aussi étrange, prégnant que prenant. Récit d’un face-à-face, où l’écriture se joue d’elle-même. De quel Bacon s’agit-il ici ? De Francis. Mais lequel, le philosophe ou le peintre ? Il s’agit du peintre, on va voir pourquoi. Le fauteuil dont il est ici question n’est guère plus qu’un fauteuil à accoudoirs. Celui qui l’occupe, en revanche, lui est un peu spécial ; étrange personnage que ce dénommé Sauvage, et du reste bien nommé. L’homme vit en effet reclus chez lui, retranché au milieu des livres s’écroulant, « semblant ne faire qu’un avec son fauteuil ». « Hiératique et figé » sur son siège, il fait penser à ce pape, Innocent X, que Francis Bacon avait représenté, souvenez-vous,...
Anthony Dufraisse
mars 2007
Le Matricule des Anges n°81
Place forte
de Sébastien Brebel
Sur les traces de Thomas Bernhard, Sébastien Brebel livre un texte étrange et nourrissant, celui d’aventures intérieures poussées à leur destruction. Où la force de la pensée aboutit au désastre. Tout commence avec un notaire, qui se qualifie lui-même de « notaire déchu », et qui, inlassablement, sillonne seul au volant de sa voiture les départementales du Maine-et-Loire, à la recherche de la première phrase de ce qui devrait être ce qu’il appelle son « anti-testament ». De cette première phrase devraient découler toutes les autres, pour aboutir à un document incompréhensible par quiconque. Lorsqu’il lui semble tenir enfin cette phrase, le notaire s’arrête dans le premier hôtel venu pour la noter, mais c’est toujours trop tard ; la phrase n’est pas la bonne, ou alors les termes...
Jean-Patrice Dupin
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40