La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Sergueï Essénine

Ouvrages chroniqués

La Ravine
de Sergueï Essénine
2008
Auteur d’une œuvre aussi fulgurante qu’abondante, Sergueï Essenine (1895-1915) fut un poète maudit. Avec son visage d’ange, ses poses de paysan ou de dandy, ses beuveries, ses aventures amoureuses où se mêlent le mariage (dont un avec Isadora Duncan, la danseuse aux pieds nus) et ses passions homosexuelles, il eut une existence frénétique qui s’acheva sur un suicide, à l’âge de 30 ans. Supérieurement indocile, épris d’absolu, homme des partances et de la fièvre des haltes intensément vécues, la poésie d’Essenine - L’Homme noir (Circé, 2005), et le Journal d’un poète (La Différence, 2004)...
Richard Blin
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98
L' Homme noir
de Sergueï Essénine
2005
Sa rage d’absolu, son sens du don et sa destinée tragique en font le poète le plus populaire de Russie. Sergueï Essénine (1895-1925) a brûlé sa vie. Deux nouvelles traductions nous le prouvent. Avec ses yeux bleus et ses cheveux dorés bouclés, il ressemblait à un héros de conte russe. Quand il débarque à Petrograd (Saint-Pétersbourg), Sergueï Essénine est bien décidé à se faire connaître et reconnaître. Né vingt ans plus tôt à Konstantinovo, un pays d’eau, de steppe et de bois, et tôt initié aux rudes réalités de la vie rurale ( « J’avais à peine trois ans qu’ils me juchaient à cru sur un cheval, le lançant au galop… » ), il a été élevé dans les traditions de la vieille Russie paysanne, nourries de folklore, de religiosité et de mythologie slave. Nous sommes en 1915. Il reste...
Richard Blin
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65
Journal d’un poète
de Sergueï Essénine
2004
Sa rage d’absolu, son sens du don et sa destinée tragique en font le poète le plus populaire de Russie. Sergueï Essénine (1895-1925) a brûlé sa vie. Deux nouvelles traductions nous le prouvent. Avec ses yeux bleus et ses cheveux dorés bouclés, il ressemblait à un héros de conte russe. Quand il débarque à Petrograd (Saint-Pétersbourg), Sergueï Essénine est bien décidé à se faire connaître et reconnaître. Né vingt ans plus tôt à Konstantinovo, un pays d’eau, de steppe et de bois, et tôt initié aux rudes réalités de la vie rurale ( « J’avais à peine trois ans qu’ils me juchaient à cru sur un cheval, le lançant au galop… » ), il a été élevé dans les traditions de la vieille Russie paysanne, nourries de folklore, de religiosité et de mythologie slave. Nous sommes en 1915. Il reste...
Richard Blin
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65