La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Simona Vinci

Ouvrages chroniqués

Chambre 411
de Simona Vinci
2007
Troublante et toujours juste, une femme raconte l’amour, son emprise et son empreinte, sa part d’ombre et de leurre.Quatrième roman de Simona Vinci. Difficile de mettre en mots la toujours mystérieuse relation qui unit un être à un autre « pour lequel nous éprouvons un sentiment incompréhensible et lancinant, plein de contradictions, que nous avons l’habitude qu’on nous a appris à nommer amour ». Difficile, car déjà tellement tenté, tellement débordant à l’image de ce que pense la narratrice de Rome : « Trop de monuments, trop d’Histoire, trop de mythes. Trop de bruit et trop de lumière » mais tellement tentant. Dire cette palpitation nue qu’est l’amour, cet état de porosité totale à laquelle il nous condamne, cette façon de tomber...
Richard Blin
septembre 2007
Le Matricule des Anges n°86
Dans tous les sens comme l’amour
de Simona Vinci
2003
Entre chemin de détresse et d’extase, les étranges leçons d’anatomie de Simona Vinci, une jeune Italienne prometteuse. Comme Léonard, elle est italienne et s’appelle Vinci. Est-ce un signe d’élection ? Sans doute, car à 33 ans et en deux livres, sa voix s’impose comme l’une des plus intéressantes d’Italie. Simona Vinci, c’est d’abord un climat fait d’inquiétante étrangeté, de trouble, de transferts où vie et souffrance s’échangent sous le signe de la déception ou de l’œuvre corruptrice du mal. Dans Où sont les enfants (Gallimard, 2000 ; un ouvrage qui a obtenu lors de sa sortie, en 1997, le prix Elsa Morante de la première œuvre), elle décrivait le vert enfer des amours enfantines à travers l’évocation...
Richard Blin
novembre 2003
Le Matricule des Anges n°48