La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Ted Hughes

Ouvrages chroniqués

Poèmes 1957-1994
de Ted Hughes
2009
De la puissance primitive de Ted Hughes aux hantises de Sylvia Plath, l’univers singulier de deux œuvres majeures. Personnage romantique à la façon du Heathcliff des Hauts de Hurlevent, Ted Hughes (1930-1998) voit enfin l’essentiel de son œuvre réuni dans Poèmes 1957-1994. Du Faucon dans la pluie au Chant de pluie pour le Duché, en passant par Lupercal, Wodwo, Journal de Moortown, c’est son génie païen qui s’impose. Loin du penser grec et du sentir chrétien, sa poésie est une invite à entrer dans un espace premier où l’intellect rend ses droits à l’instinct et où le monde relève d’une présence brute. Celle des landes de son Yorkshire natal, où il passa une partie de son enfance à vagabonder et à...
Richard Blin
juillet 2009
Le Matricule des Anges n°105
Contes d’Ovide
de Ted Hughes
2002
Comme la lumière d’une étoile depuis longtemps disparue, Sylvia Plath n’a cessé de hanter Ted Hughes. Un couple mythique dont l’amour est commémoré en mendiant du bonheur. Quand il n’est rien d’autre que la nuit ou le silence pour donner un corps à l’attente, quand il n’y a plus qu’à laisser advenir les mots du souvenir, la poésie réussit parfois ce petit miracle de tirer lumière de la cendre : avec des mots d’eau limpide, des mots brûlés jusqu’au blanc du rêve, ou des mots d’énigme et d’évidence. C’est quelques mois avant sa mort que Ted Hughes (1930-1998), l’un des plus grands poètes anglais du XXe siècle, publia Birthday letters, un recueil de lettres-poèmes adressées à son épouse, Sylvia Plath (1932-1963) qui s’était suicidée trente-cinq ans plus tôt. ...
Richard Blin
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40
Birthday letters
de Ted Hughes
Comme la lumière d’une étoile depuis longtemps disparue, Sylvia Plath n’a cessé de hanter Ted Hughes. Un couple mythique dont l’amour est commémoré en mendiant du bonheur. Quand il n’est rien d’autre que la nuit ou le silence pour donner un corps à l’attente, quand il n’y a plus qu’à laisser advenir les mots du souvenir, la poésie réussit parfois ce petit miracle de tirer lumière de la cendre : avec des mots d’eau limpide, des mots brûlés jusqu’au blanc du rêve, ou des mots d’énigme et d’évidence. C’est quelques mois avant sa mort que Ted Hughes (1930-1998), l’un des plus grands poètes anglais du XXe siècle, publia Birthday letters, un recueil de lettres-poèmes adressées à son épouse, Sylvia Plath (1932-1963) qui s’était suicidée trente-cinq ans plus tôt. ...
Richard Blin
septembre 2002
Le Matricule des Anges n°40