La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Valentine Penrose

A propos

Penrose, couleur sang Portrait d’une comtesse hongroise qui tortura des jeunes filles par plaisir et pour préserver sa beauté. Saisissant. Inscrite dans la mouvance surréaliste, Valentine Penrose (1898-1988) fut une poétesse appréciée, notamment d’Eluard qui préfaça deux de ses recueils. Mais ce qui retint l’attention de Bataille, c’était La Comtesse sanglante, publié en 1962, dans lequel elle présente la vie d’Erzsébet Báthory (1560-1614), fille d’une authentique famille princière de Transylvanie. Valentine Penrose propulse le lecteur au cœur de l’Europe féodale, dans un pays qui épouse encore les mœurs du Moyen Âge. Celle qui va devenir la « comtesse sanglante » naît dans un « humus de sorcellerie et à l’ombre de la...
octobre 2005
Le Matricule des Anges n°67

Ouvrage chroniqué

Écrits d’une femme surréaliste
de Valentine Penrose
On n’en finit pas de redécouvrir la constellation surréaliste et parmi ses astres de rendre grâce aux étoiles féminines. Bona de Mandiargues (1926-2000) était sans doute la plus provocante, et l’une des plus belles, qui raconte dans Vivre en herbe (Gallimard, 153 pages., 82 FF) son enfance italienne. Valentine Bouée, épouse Penrose (1898-1978) fut plus discrète sans doute et reste par conséquent bien moins connue. Une universitaire tourangelle, Georgiana Colvile spécialiste des femmes surréalistes, propose une compilation de ses écrits agrémentés de photographies et de ses collages. Le...
Éric Dussert
décembre 2001
Le Matricule des Anges n°37