La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Vincent Ravalec

Ouvrages chroniqués

L' Effacement progressif des consignes de sécurité
de Vincent Ravalec
2001
Avec un énorme roman, l’écrivain entame une saga dont le premier épisode imaginatif et débridé mérite qu’on s’y plonge malgré son écriture bancale. Alors qu’il nous avait habitué à des nouvelles et des romans de taille raisonnable, pour ne pas dire standard, Vincent Ravalec a pris la mouche et livré un gros bouquin rose de sept cents pages. Intrigué, on se demande évidemment où il veut en venir en lançant son pavé dans la mare de la rentrée littéraire. Plus troublant encore, son roman est si mal peigné qu’en naît un soupçon : L’Effacement progressif des consignes de sécurité -clin d’oeil ostentatoire à l’Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq-, serait-il conçu afin d’inaugurer une série balzacienne en vingt-trois...
Éric Dussert
décembre 2001
Le Matricule des Anges n°37
Vol de sucettes
de Vincent Ravalec
1995
Maitrisant un certain style, Ravalec écrit des nouvelles creuses et sans intérêt, symptôme de ce que peut être la société du spectacle en littérature. Rien de neuf dans les deux recueils de nouvelles de Ravalec si ce n’est qu’on s’enfonce un peu plus dans une supercherie littéraire déguisée en révolution de chambre. L’étonnant est que la plupart des médias, qui ont largement soufflé dans les voiles de cet auteur, n’ont pas eu l’heur de s’en apercevoir, étrangeté qui pose ses propres limites et dévoile la cécité et le manque de lucidité qu’engendre un effet de mode. Supercherie donc car Ravalec emploie, consciemment ou non, une recette pour monter en mayonnaise un œuf vide. Utilisant tous les termes et expressions du langage parlé...
Alex Besnainou
juin 1995
Le Matricule des Anges n°12
Recel de bâtons
de Vincent Ravalec
1995
Maitrisant un certain style, Ravalec écrit des nouvelles creuses et sans intérêt, symptôme de ce que peut être la société du spectacle en littérature. Rien de neuf dans les deux recueils de nouvelles de Ravalec si ce n’est qu’on s’enfonce un peu plus dans une supercherie littéraire déguisée en révolution de chambre. L’étonnant est que la plupart des médias, qui ont largement soufflé dans les voiles de cet auteur, n’ont pas eu l’heur de s’en apercevoir, étrangeté qui pose ses propres limites et dévoile la cécité et le manque de lucidité qu’engendre un effet de mode. Supercherie donc car Ravalec emploie, consciemment ou non, une recette pour monter en mayonnaise un œuf vide. Utilisant tous les termes et expressions du langage parlé...
Alex Besnainou
juin 1995
Le Matricule des Anges n°12
La Vie moderne
de Vincent Ravalec
1996
Dans son dixième livre, un recueil de nouvelles, Vincent Ravalec essaie de croquer les silhouettes de mendiants, de vendeurs de journaux pour SDF, de taulards. Il le fait sans grâce, sans humour et sans inventivité, dans une langue où les voitures font vroum-vroum et les trains tchouk-tchouk. On s’y masturbe pas mal, les filles ont de gros « nichons » mais les pieds nickelés qui y sont décrits, finalement, ne niquent pas grand-chose. La première longue nouvelle narre -avec quelques erreurs de scénario- la dernière campagne présidentielle sur un mode qui se veut ironique ou drôle mais on...
mars 1997
Le Matricule des Anges n°19