La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Vladimir Sorokine

A propos

La voie de Sorokine L’œuvre de Vladimir Sorokine compte parmi l’une des plus turbulentes qui soient. Rencontre avec l’un des enfants terribles de la littérature russe qui, presque vingt ans après la fin de l’URSS, n’a rien perdu de sa hargne. Double parution. Il rappelle volontiers que le pays que nous désignons sous le nom de Russie a été créé par Ivan le Terrible. Selon Vladimir Sorokine, les régimes russes ne se sont jamais vraiment affranchis de cette origine autocratique. Or s’il est un rôle que l’écrivain endosse avec fougue, c’est celui de provocateur. Ses premiers romans bousculaient les normes sociales et les tabous en recourant à la provocation, la parodie, le sexe et la scatologie. Dans Le Lard bleu, son détournement des valeurs culturelles soviétiques et la description d’une relation homosexuelle entre clones de Staline et de...
avril 2010
Le Matricule des Anges n°112

Ouvrages chroniqués

Manaraga
de Vladimir Sorokine
2019
Imaginez un avenir proche, où l’Europe se remet à peine de guerres dévastatrices. Un monde où les livres n’intéressent plus personne et ne servent, grosso modo, qu’à griller des steaks. La « Cuisine » est une guilde, une mafia internationale de rôtisseurs qui parcourent le monde afin de satisfaire les lubies des nababs de la nouvelle jet-set, où le luxe ultime consiste à payer très cher une petite grillade à l’édition princeps, généralement acquise à prix d’or ou volée dans les rares bibliothèques subsistantes. Ces cochonneries ne brûlant pas si bien qu’on pourrait le croire, le...
Yann Fastier
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202
Soupe de cheval
de Vladimir Sorokine
2015
Spécialiste du bizarre émo, Vladimir Sorokine s’adonne à la gastronomie une nouvelle fois. Après Le Lard bleu (2007), livre condamné pour pornographie en Russie, il met en scène un louche ex-prisonnier de goulag, Bourmistrov, qui propose à une jeune femme un curieux rituel. Il consiste à la regarder manger, moyennant rétribution. Ce moment curieux, et de plus en plus étrange, se déroule d’abord dans un train, puis dans des appartements dont le luxe augmente sensiblement au fil du temps passant, tandis que, parallèlement, la nourriture devient toujours plus virtuelle. Puis vient le temps...
Éric Dussert
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Le Lard bleu
de Vladimir Sorokine
2007
Sorokine, né en 1955, fait partie de cette génération loufoque dont les titres disent assez l’imaginaire hors-norme : pensons à La Mitrailleuse d’argile de Viktor Pelevine… Sortie depuis peu de la tyrannie soviétique, elle s’en donne à cœur joie en ridiculisant la Russie, son histoire et son présent, sans compter son futur. En effet, Le Lard bleu n’est pas un roman gastronomique, mais de science-fiction. Nous sommes en 2068, dans un laboratoire sibérien, où l’on parle une sorte d’argot mi-russe, mi-chinois, et qui fabrique une matière étrange, à la fois source d’énergie et drogue : « le...
Thierry Guinhut
mai 2007
Le Matricule des Anges n°83
La Glace
de Vladimir Sorokine
2005
Entre nazisme, communisme et Russie, un marteau de glace éveille les cœurs. Le turbulent Vladimir Sorokine explore les affres d’une société en mal de rêves. Plutôt que glacé, ce roman est d’une brûlante intensité. Ne dit-on pas que le métal gelé brûle les doigts ? Le marteau glacé signe l’agonie, ou une nouvelle naissance. C’est ici entrer dans la rhétorique d’une secte terrifiante qui, plutôt de « la philosophie à coup de marteau » pour reprendre une formule de Nietzsche fait de la religion à coup de glace en frappant le sternum des nouveaux adeptes. La société russe postsoviétique, sous les yeux de Sorokine (né en 1955, lecteur de Rabelais et de Céline), est en pleine déliquescence. Ses citoyens découvrent une consommation aussi branchée...
Thierry Guinhut
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64