La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Yasmin Hoffmann

Ouvrages chroniqués

Elfriede Jelinek, une biographie
de Yasmin Hoffmann
2005
Remarquablement traduit en français, le chef-d’œuvre d’Elfriede Jelinek prend le risque de dynamiter le langage jusque dans ses ultimes retranchements, pour faire avouer à l’Autriche sa culpabilité dans les crimes nazis. Chez Elfriede Jelinek qui dit, à l’instar de Kafka, avoir choisi l’écriture pour « bondir hors du rang des meurtriers » 1, le sang ne saurait sécher dans la langue. Bien au contraire, et au plus haut point dans Enfants des morts, son opus magnum écrit en 1995, la romancière s’emploie avec une fureur glacée à le faire « gicler » de toutes parts, dût-il sourdre de cette langue dépositaire de l’« austro-fascisme » dont l’écrivain ne reconnaît pouvoir se libérer que par la subversion, du sol même de son pays ou de « nous autres les Autri-chiens » si enclins à « nous terrer (…) en nous »....
Sophie Deltin
mars 2007
Le Matricule des Anges n°81
Elfriede Jelinek, une biographie
de Yasmin Hoffmann
2005
Parution d’une biographie sur l’auteur de La Pianiste, dont le prix Nobel de littérature en 2004 est venu saluer l’« exceptionnelle passion langagière ». Qu’on lui reproche son cynisme, voire son manque de solidarité avec ses personnages féminins, malentendu qui sera renforcé par la réception de Lust (1989, son roman pornographique), on s’accordera pourtant à reconnaître le choc de lecture que représente l’œuvre d’Elfriede Jelinek. Yasmin Hoffmann qui a traduit six romans de l’écrivain aux éditions Jacqueline Chambon (dont La Pianiste en 1988), réélabore ici leur dialogue, entretenu depuis une dizaine d’années, à partir de conversations enregistrées, de lettres et d’archives personnelles de l’auteur. Mais plus que « de contrôler la...
Sophie Deltin
janvier 2006
Le Matricule des Anges n°69