La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Yordan Raditchkov

Ouvrages chroniqués

Souvenirs de chevaux
de Yordan Raditchkov
2002
Né en 1929 dans un village du nord-est de la Bulgarie, Yordan Raditchkov est l’auteur d’une œuvre abondante traduite bien partiellement en France. Notamment par L’Esprit des péninsules qui a donné deux de ces livres majeurs Nous les moineaux et Récits de Tcherkaski. « Je déteste les choses mortellement sérieuses. (…) J’ai une fascination pour la sagesse paysanne qui se cache derrière l’apparente naïveté des gens simples. Elle est sous-jacente à tous mes récits » déclare celui que l’on surnomme le Kafka de Sofia. La Bulgarie rurale et son folklore -comme dirait un guide de bon aloi-...
Pierre Hild
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43
Les Récits de Tcherkaski
de Yordan Raditchkov
1998
Le village de Yordan Raditchkov sommeille sous les eaux. L’écrivain bulgare ressuscite ses habitants, ses vaches et ses cochons. Cocasse. Raditchkov invente pour ses interlocuteurs des contes qui répondent à sa place. Il est à l’image de ses nouvelles, un fabuliste rusé et plein d’imagination. Aux autres de faire le tri parce qu’ « il n’y a rien de plus ennuyeux qu’une bonne réponse ». Et parce que Raditchkov médite toujours une nouvelle farce, il exige de ses lecteurs une distance moqueuse et un art du mensonge certainement égal au sien. « Le lecteur est une créature assez fainéante. Il faut le maintenir en état de veille. L’écrivain a donc recours à la ruse et au mensonge ». Il y faut de justes proportions. De...
Anne Riera
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25