La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions 00h00.com

Ouvrages chroniqués

Intrigues
de François Taillandier
Le nouveau roman de François Taillandier met en scène un homme perdu en lui-même. Une façon de mettre en garde contre la disparition du sens, du sacré et du passé. Et d’interroger la tristesse des hommes. Depuis quelques années, François Taillandier mène une réflexion sur la littérature et notre monde dans la revue L’Atelier du roman. Depuis Des hommes qui s’éloignent (Fayard 1997), il poursuit sur le mode interrogatif un décryptage critique de notre société. Le Cas Gentile ainsi, mêle une réflexion sur la tyrannie des images publicitaires aux thèmes récurrents de l’auteur : le désarroi des hommes, l’incommunicabilité, la perte des valeurs. Nous sommes en Italie dans une ville dont le passé, pour une bonne part, a été enseveli à la fin de la Seconde Guerre mondiale par les bombardements....
Thierry Guichard
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
La Leçon d’allemand
de Siegfried Lenz
2001
Au nouvel opus de Siegfried Lenz, on préférera la réédition de son grand roman qui soulève la question du devoir au temps du nazisme. Nous sommes en 1943, à l’embouchure de l’Elbe, dans un hameau à l’extrême nord de l’Allemagne, non loin de la frontière danoise. Le peintre Max Ludwig Nansen reçoit de Berlin, en plein régime nazi, une interdiction de peindre. Le brigadier de police locale, Jens Ole Jepsen, responsable du poste de Rugbüll, est chargé non seulement de la lui transmettre mais aussi de veiller à ce que l’intéressé la respecte. Sauf qu’ « on est peintre ou on ne l’est pas, on peint toujours ou alors on ne peint jamais. Peut-on interdire à quelqu’un de rêver ? » s’insurge Nansen qui pour contourner la censure,...
Sophie Deltin
juin 2009
Le Matricule des Anges n°104