La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Post-éditions

Ouvrages chroniqués

La Contrée
de Ben Metcalf
2019
La Contrée, de Ben Metcalf J’ai découvert Against the Country, ce texte qui dit tant de mal de la campagne, alors que je séjournais à la campagne – et je l’ai lu presque d’une traite, et j’ai beaucoup ri. D’un rire noir, parce qu’il est souvent cruel ; d’un rire presque enfantin aussi, car il est souvent bouffon. Une fois plongée dans son phrasé hypnotique, je ne l’ai plus lâché – et, comme c’est souvent le cas quand on aime un texte étranger, on a immédiatement envie de le traduire. La Contrée parle des malheurs d’une famille ayant eu la mauvaise idée de renoncer à « la ville » pour assouvir son rêve frelaté de...
février 2019
Le Matricule des Anges n°200
La Contrée
de Ben Metcalf
2019
Explosion de littérature en pleine cambrousse : l’ironie douce-amère du premier roman de Ben Metcalf fleurit pendant sa charge radicale. La Contrée de Ben Metcalf n’est pas peuplée de hobbits. Elle est peuplée d’Américains. Certains, natifs, y cultivent du maïs et on ne sait quoi, quand ils ne chassent ou ne prient pas, les autres s’y installent, poussés par un irrépressible besoin de « vivre mieux ». La ville était déjà dans les années 1970 un repoussoir. Preuve que l’idéologie et le bourrage de crâne frappent chaque individu là où il y consent, les parents Metcalf, adultes à tendances babacooloïdes, étaient convaincus pour leur part que la nature ferait du bien à leur progéniture et à eux-mêmes. Sous le voile de la...
Éric Dussert
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201