La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Sophie Benard

Message Envoyer un message

Articles

Crève, mon amour

de Ariana Harwicz
Connaissance par les gouffres Monologue plein de fureur, Crève, mon amour de l’argentine Ariana Harwicz est le long cri d’une jeune femme emmurée. Je me suis allongée sur l’herbe au milieu des arbres abattus et le soleil brûlant contre ma paume m’a donné l’impression de tenir un couteau avec lequel me saigner d’un coup sec à la jugulaire. » L’ambition d’Ariana Harwicz est de saisir la chute désespérée de sa narratrice dans la dépression. Il ne s’agit pas ici de décrire un mal de l’esprit, mais l’expérience d’une forme d’animalité devenue maladive, où la réalité est sans cesse parasitée d’images délétères. Pour renouveler ce sujet, il fallait la maîtrise narrative et stylistique d’une plume habituée à s’insinuer entre les lèvres des...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Voir de ses propres yeux

de Hélène Giannecchini

Visions du corps

La narratrice d’Hélène Giannecchini écume les musées d’anatomie et les textes littéraires et théoriques sur la mort tout en parlant à ses morts. Passionnant. Jusqu’à la dernière ligne nous resterons ignorants. Nous ne saurons pas qui sont ces morts à qui l’écrivaine s’adresse et qui la précipitent vers les écorchés d’hier et d’aujourd’hui. « Bizarrement vous n’avez jamais eu autant de corps que dans votre mort. » Pour son deuxième roman, Hélène Giannecchini poursuit le travail entamé dans Une image peut-être vraie. Alix Cléo Roubaud (Seuil, 2014)....
janvier 2020
Le Matricule des Anges n°209

Absolument modernes !

de Jérôme Meizoz

Ces années de promesses

Entre récit intime et littérature sociale, le Suisse Jérôme Meizoz se fait l’observateur caustique des Trente Glorieuses – et du progrès triomphant. Elle a de l’allure, la postmodernité. Une allure apocalyptique, alors que Jérôme Meizoz s’interroge, entre chroniques et portraits, entre satire et mélancolie, sur le devenir des chimères du progrès et de la croissance. La première chronique est celle de la mort de la mère. Malgré la confiance du père en la médecine et ses avancées, l’enfant qu’est alors l’auteur se voit forcé de constater...
octobre 2019
Le Matricule des Anges n°207