La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Benoît Legemble

Message Envoyer un message

#collaborateur

Articles

Archiver l'absence Éminente figure des lettres brésiliennes, Guiomar de Grammont publie un magnifique et radical roman hybride sur le devoir de mémoire des années de dictature militaire. Fondatrice du prestigieux Forum des Lettres, l’équivalent lusophone de notre Salon du Livre de Paris, dont elle exporte le modèle jusqu’au Portugal, Guiomar de Grammont voit enfin paraître en France la première traduction d’une œuvre pourtant déjà abondante et remarquable. Philosophe de formation, spécialiste de Kierkegaard et issue des terres du Minas Gerais – vastes espaces marqués au fer rouge de l’histoire de l’esclavage – la romancière donne à voir, avec Les Ombres de l’Araguaia, le parcours d’une sœur à la recherche de la vérité sur son frère – victime des années de dictature...
novembre 2017
Le Matricule des Anges n°188

La Vie sexuelle des sœurs siamoises

de Irvine Welsh

Le printemps du livre

#description_courte

Détox à l’excès

Naturaliste de l’addiction, Irvine Welsh cristallise dans son nouveau roman la folie d’une société soumise à la tyrannie de l’image. Entre kilos à perdre, icônes sylphides qui tournent à vide, et haine du discours victimaire, l’écrivain spécule sur nos petites morts et parie sur la métamorphose. Après avoir longtemps sondé dans ses récits les pubs à poivrots et autres squats à paumés d’Édimbourg et sa périphérie, l’écrivain écossais, poids lourd de la « punchline » stéroïdée à la verve assassine, revient séduire son lot de noceurs crépusculaires avec La Vie sexuelle des sœurs siamoises. Et passe des « vampires décharnés et alcooliques » de la Vieille Fumeuse aux « barriques obèses »...
avril 2017
Le Matricule des Anges n°182

Génération

de Paula Mcgrath

Carte verte et dents serrées

L’Irlandaise Paula McGrath signe un premier roman aux allures de fresque fragmentée sur la mémoire qui ne s’avoue pas. A l’aune du récit transgénérationnel de la talentueuse Paula McGrath, il faut probablement faire cas d’un fait inédit : l’Irlande compta longtemps plus de ressortissants par le monde qu’à l’intérieur même du pays. L’île d’émeraude est historiquement intriquée dans la question des flux migratoires, depuis les heures ternes de la Grande Famine. Avec pour toile de fond l’itinéraire d’un...
mars 2017
Le Matricule des Anges n°181

Éclats d’en france

Magyd Cherfi, vous abordez dans Ma part de Gaulois la question de l’identité par la lorgnette du déficit. « L’expression française », dites-vous, « c’est d’être français et de devoir le devenir ». Autant de thèmes qui étaient déjà présents dans Livret de famille et La Trempe, vos deux recueils de chroniques. Avec toujours cette idée qu’on écrit « en réaction à »… Oui, forcément, c’est un...
novembre 2016
Le Matricule des Anges n°178

La Marque et le Vide

de Paul Murray

Monnaie de singe

Ubuesque et foisonnant, le nouveau roman de l’espoir irlandais Paul Murray joue du poing contre le monde de la finance. Si Paul Murray se méfie des clichés, son grand récit de l’argent-roi donne à voir des traders délivrés de l’antique noblesse d’esprit qui incombait aux administrateurs du bien collectif. Thackeray l’avait prophétisé en son temps dans son célèbre Samuel Titmarsh : l’avidité vit ses plus belles heures, la semence jetée au hasard. Pris en sandwich entre la règle du jeu et l’appât du gain, Claude...
juillet 2016
Le Matricule des Anges n°175