La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Fin

novembre 2002 | Le Matricule des Anges n°41 | par Camille Decisier

Fin N°13

Créée en 1999 par Jean Daive, Fin est une revue trimestrielle de création contemporaine. Elle établit d’emblée un dialogue entre art et littérature ; chaque numéro faisant appel à un artiste pour sa couverture. C’est Aurélie Nemours qui enrichit cette livraison de grilles jouant aux échiquiers.
Un entretien avec Claude Royet-Journoud éclaire le projet d’un auteur dont l’œuvre forme une tétralogie, « les quatre murs d’une maison qui serait toujours privée d’un toit… » En s’imprégnant de la lecture des objectivistes américains, le poète crée un lieu d’accidents où la rupture fait sens. La revue consacre aussi un dossier à Marcel Duchamp, « l’homme le plus intelligent du siècle », dixit Breton. Dans un entretien de 1966, le chantre de la radicalité artistique revient sur son parcours jusqu’au Ready-made. D’abord peintre, puis considérant que « le choix de l’artiste joue plus qu’autre chose » dans l’œuvre d’art, il est arrivé à cet « objet usiné, tout fait », comme le Porte-bouteilles en 1914. Et loin de vouloir faire école, il recommande « la parcimonie des productions de Ready-made comme méthode ». Toujours en riant. Mort en 1968, le père de Rrose Sélavy a encore de beaux jours d’euphorie devant lui.

Fin N°13 - 74 pages, 12
(Galerie Pierre Brullé 25, rue de Tournon 75006 Paris)

Le Matricule des Anges n°41 , novembre 2002.