La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Abdallah Zrika

Ouvrages chroniqués

Échelles de la métaphysique
de Abdallah Zrika
Poète de langue arabe, le Marocain Abdallah Zrika, né en 1953, est un poète surprenant, unique, qui sait allier l’amour des mots à la révolte. Emprisonné dès ses premiers écrits pour « délit de poésie », et ce après une enfance en bidonville, il est avant tout l’auteur d’une prose et d’une poésie hors de toute « application » littéraire, uniquement soumise au pouvoir des mots. Zrika évoque souvent ses frères : peintres, poètes et philosophes qui dans ce curieux mélange d’instinct et d’intelligence qui est le sien donnent à voir, donc ressentir en images. Après la publication de Rires de...
Marc Blanchet
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34
Bougies noires
de Abdallah Zrika
Abdallah Zrika écrit le vertige. Vertige d’être, de sentir, de voir, de toucher, de penser, de vivre. Il s’y abandonne tellement qu’il finit par savoir une chose : que le vertige est proche de la folie. Il le sait en écrivant, comme cela lui est confirmé par la marche, l’imagination ou l’amour. Il se sait avant tout périssable dans ce vertige. Et il n’ignore pas non plus qu’au terme du poème, il est fort possible que le vertige se soit écrit à travers lui, que tout homme soit l’écriture d’un vertige. Dès lors, ce poète marocain né en 1953 nous rend à notre véritable humanité, toute en...
Marc Blanchet
septembre 1998
Le Matricule des Anges n°24