La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Les hauts instincts

avril 2001 | Le Matricule des Anges n°34 | par Marc Blanchet

Échelles de la métaphysique

Poète de langue arabe, le Marocain Abdallah Zrika, né en 1953, est un poète surprenant, unique, qui sait allier l’amour des mots à la révolte. Emprisonné dès ses premiers écrits pour « délit de poésie », et ce après une enfance en bidonville, il est avant tout l’auteur d’une prose et d’une poésie hors de toute « application » littéraire, uniquement soumise au pouvoir des mots. Zrika évoque souvent ses frères : peintres, poètes et philosophes qui dans ce curieux mélange d’instinct et d’intelligence qui est le sien donnent à voir, donc ressentir en images. Après la publication de Rires de l’arbre à palabres (L’Harmattan), des merveilleux Bougies noires (La Différence) et Petites Proses (L’Escampette), Échelles de la métaphysique, traduit en collaboration avec le poète Bernard Noël et l’active association littéraire Cidèle basée à Angoulême, nous permet de continuer à découvrir cette poésie où les mots surgissent comme des fourmis noires pour nous parler de Vermeer, de Delacroix ou d’Ulysse (ou de toute autre chose qui appartient à l’admiration fascinée des choses !) avec une langue vive et dansante qui est celle de l’enfant que rien n’a corrompu : « monte là-haut/ quand tu ne verras plus que toi en bas/ saute// arrête-toi de ce côté/ regarde le cortège funèbre/ il mène ton cercueil de l’autre côté// au cimetière/ contemple/ les grains de terre/ qui vont couvrir ton corps// une fois sorti du cimetière/ ne dis à personne/ que tu es mort ». Une folie parcourt ces pages, et palpite en chacune d’elles comme le cœur même de la vie. Sous un soleil de plomb, le poète court les villes, naît, meurt et renaît, dans la simplicité de l’homme qui vit ses métamorphoses sans chercher à les soumettre à sa volonté : « et quelle langue me tuera une autre fois/ quand j’ouvrirai la bouche/ et ne saurai plus la fermer ». Une vraie œuvre au noir.

Échelles de la métaphysique
Abdallah Zrika
Traduit de l’arabe
par Bernard Noël et l’auteur
L’Escampette - 100 pages, 99 FF

Les hauts instincts Par Marc Blanchet
Le Matricule des Anges n°34 , avril 2001.
LMDA PDF n°34
4,00