La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Adám Bodor

Ouvrages chroniqués

Les Oiseaux de Verhovina
de Adám Bodor
2016
Ádám Bodor dresse le portrait tragi-comique d’un microcosme rural en plein délitement où ressentiments et magie quotidienne ne sont que les cache-misères d’un absurde implacable. S’il s’agissait pour Ádám Bodor, en choisissant de raconter un village, de nous dire qui nous sommes, le tableau fait froid dans le dos. Et ce malgré l’humour (noir, forcément). Verhovina – ou Jablonska Poljana, l’un contenant l’autre dans la géographie complexe bien qu’en vase clos du roman – est un hameau sordide de tous points de vue. Sauf pour les personnages, aussi filous que résignés à leur condition ; et plus qu’à leur condition, à leur irrémédiable disparition. On accepte la mort ici sans broncher, on sait qu’elle viendra à un moment et on l’acceptera avec le respect qui lui est...
Guillaume Contré
octobre 2016
Le Matricule des Anges n°177
La Visite de l’archevêque
de Adám Bodor
2001
Bienvenue à Bogdanski Dolina, bizarre localité des Carpathes -son monument au Voyageur inconnu, son quartier d’isolement où se trouvent parqués « malades et autres individus indésirables », son service d’ordre ecclésiastique, ses lynxs errants et son fleuve dont les eaux perdent parfois le fil et le nord : « La Medvegyica formait ici la frontière ; une nuit, après une pluie torrentielle, elle avait rompu ses digues sans tambour ni trompette. Depuis, elle ne contournait plus la ville par le nord, mais par le sud. (…) Durant les quelques heures de la nuit noire d’encre pendant lesquelles...
Eric Naulleau
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36