La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Andrea Camilleri

Ouvrages chroniqués

La Pension Eva
de Andrea Camilleri
2007
Andrea Camilleri est une star en Italie. Chaque épisode de son commissaire Montalbano se vend à des milliers d’exemplaires que dépèce son fan-club pour en extraire bons mots, expressions tirées du dialecte sicilien, plats préférés du héros dont les recettes seront ensuite publiées. Malgré son succès qui le surprend encore et qu’il attribue à une « conspiration » de ses lecteurs, l’octogénaire aux allures de professeur à la retraite ce qu’il fut aussi a toujours su garder sa verdeur. Pour preuves la vigueur de son indignation face à Berlusconi, sa dénonciation de la mafia à travers ses...
Françoise Monfort
septembre 2007
Le Matricule des Anges n°86
La Prise de Makalé
de Andrea Camilleri
2006
Talenteux conteur d’histoires, Andrea Camilleri imagine une enfance sicilienne prise à la gorge entre catholicisme et fascisme. Toujours, Andrea Camilleri a traqué les impostures religieuses et politiques. En témoigne Indulgences à la carte (Le Promeneur, 2002) qui dénonçait les « bulles d’indulgence » accordées par le clergé catholique au riche pécheur, tout en les rapprochant des comportements mafieux. La mafia sicilienne est d’ailleurs souvent concernée par les enquêtes du fameux commissaire Montalbano qui fait la fortune de l’écrivain. Aujourd’hui, avec La Prise de Makalé, la Sicile est le cadre d’une tragique et burlesque collusion entre fascisme et religion. Nous sommes dans un village des années trente,...
Thierry Guinhut
juillet 2006
Le Matricule des Anges n°75
La Disparition de Judas
de Andrea Camilleri
En deux romans, Andrea Camilleri peaufine sa mission : exalter l’âme sicilienne, tout en tordant quelques gonades aux puissants malhonnêtes. Sauvage, truculent et beau. Andrea Camilleri invité au Salon du livre de Paris, consacré à la littérature italienne, viendra à ses frais, en évitant les « rencontres très déplaisantes »1, entendez par là celle de Silvio Berlusconi. Pourtant, il Cavalieri qui recycle aussi bien les fascistes dans son gouvernement que l’argent pas très net dans ses finances, pourrait être un de ses personnages. Camilleri ne dépeint-il pas des notables arrogants, fourbes, intrigants, des conspirations plus ou moins mafieuses dans ses romans ? Mais le « mal absolu », d’après l’écrivain, n’a ni la truculence, ni la grotesque humanité de...
Dominique Aussenac
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38
Un filet de fumée
de Andrea Camilleri
En deux romans, Andrea Camilleri peaufine sa mission : exalter l’âme sicilienne, tout en tordant quelques gonades aux puissants malhonnêtes. Sauvage, truculent et beau. Andrea Camilleri invité au Salon du livre de Paris, consacré à la littérature italienne, viendra à ses frais, en évitant les « rencontres très déplaisantes »1, entendez par là celle de Silvio Berlusconi. Pourtant, il Cavalieri qui recycle aussi bien les fascistes dans son gouvernement que l’argent pas très net dans ses finances, pourrait être un de ses personnages. Camilleri ne dépeint-il pas des notables arrogants, fourbes, intrigants, des conspirations plus ou moins mafieuses dans ses romans ? Mais le « mal absolu », d’après l’écrivain, n’a ni la truculence, ni la grotesque humanité de...
Dominique Aussenac
mars 2002
Le Matricule des Anges n°38