La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Annie Le Brun

A propos

Cette révolte appelée poésie Annie Le Brun est un esprit insoumis et radical. La parution de ses poèmes, enfin réunis, et la réédition en poche de son essai Du trop de réalité nous immerge dans un univers peuplé d’images à l’érotisme noir et de pensées réfractaires à tout compromis. En 1977, année punk, une jeune femme, Annie Le Brun, noire brindille de jais tranchant jetait une bombe à la face puritaine des néoféministes, Lâchez tout. Auteure d’ouvrages poétiques, réédités aujourd’hui, elle sera alors remarquée par Jean-Jacques Pauvert, qui lui demandera une préface à l’édition des œuvres complètes de Sade, puis à celles de Raymond Roussel. Fidèle à ses amours, la poésie et l’insoumission, elle continue de porter, envers et contre tous, un regard implacable sur notre époque. Et à écrire, « comme on force une porte ». Comment êtes-vous allée vers la poésie ?...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Ouvrages chroniqués

Ce qui n’a pas de prix
de Annie Le Brun
2018
Avec Ce qui n’a pas de prix, c’est aux enjeux de la laideur contemporaine qu’Annie Le Brun s’attaque – comme on chercherait à éventrer un faux plafond pour retrouver l’horizon. Il y a des évidences qu’on ne voit plus. Parmi elles, le fait que le monde s’enlaidit. Monde globalisé s’entend, puisque dans les métropoles, les musées et les aéroports, tout partout se ressemble, et que cette donnée, loin d’appartenir à une pure problématique esthétique, est en réalité une question politique : «  qu’on le veuille ou non c’est (même) une affaire politique d’importance ». Une affaire qui, selon Annie Le Brun, prend la forme d’une guerre. Mais attention, d’une guerre qu’on ne saurait réduire à une question de représentation : « je pourrais tout aussi bien parler d’une...
Blandine Rinkel
juin 2018
Le Matricule des Anges n°194
Radovan Ivsic et la forêt insoumise
de Annie Le Brun
2015
Alléchant livre d’images que cet ouvrage s’articulant autour de l’univers sensible de Radovan Ivsic et de l’exposition que lui a consacré le Musée d’Art contemporain de Zagreb. Auteur dramatique (Airia, Le Roi Gordogane…) et poète surréaliste (Poèmes, Gallimard, 2004), né à Zagreb en 1921 et mort à Paris en 2009, Radovan Ivsic eut à subir la censure du régime oustachi pronazi puis celle du communisme de Tito. Polyglotte, il vécut de la traduction d’auteurs français avant d’être accueilli à Paris, en 1954, par André Breton et le mouvement surréaliste. De la force d’insoumission native de...
Richard Blin
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Si rien avait une forme, ce serait cela
de Annie Le Brun
2010
En s’attachant aux signes du noir dans les arts, c’est la conscience de l’inhumain qui est en nous, qu’Annie Le Brun questionne. La vie sur terre n’a peut-être jamais été plus menacée qu’aujourd’hui et pourtant tout le monde, ou presque, continue de croire au progressisme technologique et à la raison technicienne, incapable de concevoir un avenir qui ne soit pas un progrès. Monde où l’insensibilité nécessaire au triomphe de la puissance technique se traduit par un processus de désincarnation et le triomphe des idées sans corps. Un désinvestissement du champ du sensible qui désenchante les modes d’existence et livre les hommes à la misère du monde. Car, qu’on le veuille ou non, ce monde - derrière tout ce qui vise à...
Richard Blin
mai 2010
Le Matricule des Anges n°113
On n’enchaîne pas les volcans
de Annie Le Brun
2006
Tout dire, ou comment à travers l’insoutenable théâtre de l’imaginaire du corps, Sade pense l’impensable ? Une leçon de lecture signée Annie Le Brun. Il y a longtemps déjà qu’Annie Le Brun a discerné dans la singularité sadienne une pensée dont l’insoumission essentielle, l’odeur de soufre et le panache de feu, dominent l’horizon des Lumières. Dans Soudain un bloc d’abîme, Sade (1986, repris en Folio/Essais un ensemble conçu comme introduction aux œuvres complètes du marquis de Sade), elle soulignait l’enjeu d’une telle lecture, pointant sous le romanesque, l’essence d’une pensée dont la subversion s’enracine au plus profond des souterrains de l’être. Aujourd’hui, avec On n’enchaîne pas les volcans, elle revient sur le sujet, comme...
Richard Blin
janvier 2007
Le Matricule des Anges n°79