La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Antonia Pozzi

Ouvrages chroniqués

La Vie rêvée
de Antonia Pozzi
2016
Quasiment inédite en français, l’œuvre d’Antonia Pozzi révèle une artiste dont la poésie diariste témoigne d’une stupéfiante créativité. Une « bourgeoise – artiste tiraillée par l’amour, l’amitié et la quête du langage », tel est le portrait que le traducteur Thierry Gillybœuf dépeint de la poétesse italienne, née en 1912, et dont la famille dissimula en 1938 le suicide jugé scandaleux. Fille de l’un des avocats du Duce, Roberto Pozzi, et de Lina Cavagna Sangiuliani, aristocrate lombarde, Antonia se passionne très tôt pour l’art et la littérature, fait des études de philologie, et en 1935, soutient une thèse sur Flaubert. Une autre de ses passions, l’alpinisme, lui inspire « une voie poétique originale, chargée de force et...
Emmanuelle Rodrigues
mars 2016
Le Matricule des Anges n°171
La Route du mourir
de Antonia Pozzi
2010
Morte à 26 ans, un soir de décembre 1938, après avoir été retrouvée la veille dans un fossé enneigé de la banlieue de Milan, Antonia Pozzi - qui n’a rien à voir avec Catherine Pozzi, l’amante de Paul Valéry - était la fille de grands bourgeois milanais. Sportive, excessive, elle eut, adolescente, une longue liaison avec un chanteur, avant de tomber amoureuse de son professeur de latin et de grec, bien plus âgé qu’elle. Un grand amour qui n’était pas du goût d’un père avocat du Duce. Il fit tout pour les séparer mais quand il y parvint, il n’imaginait sans doute pas qu’il ouvrait à sa...
Richard Blin
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114