La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur August Strindberg

A propos

Signé Strindberg Avec ce premier tome de la correspondance d’un génie tourmenté qui aura su transformer ses démons en littérature, c’est un homme inadapté, inadaptable que nous découvrons. Le plus original, sinon le plus grand des écrivains scandinaves, August Strindberg est né à Stockholm en 1849, où il mourra en 1912. Admiré par Kafka - « L’énorme Strindberg » - et considéré comme l’un des pères du théâtre moderne, il fut à la fois dramaturge, romancier, nouvelliste, peintre. Auteur particulièrement prolixe - 72 volumes dans l’édition suédoise en cours de ses œuvres complètes - il écrivit quasi quotidiennement des lettres, plus de dix mille, qui nous introduisent dans les coulisses de la vie d’un homme de génie dont l’esprit et les aspirations sont irréductibles aux...
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107

Ouvrage chroniqué

Utopies dans la réalité
de August Strindberg
2003
En 1883, Strindberg quitte la Suède, ses dernières œuvres ont fait scandale, il y étouffe, « je veux devenir européen » annonce-t-il. Exilé en Suisse il y écrit ces quatre nouvelles, qui s’y déroulent en grande partie. Elles paraissent en 1885 et surprennent -la préface déclare avec hauteur : « Ce livre est une attaque contre la culture supérieure, autrement dit contre la dégénérescence ». En effet, comme le titre l’indique, il s’agit pour Strindberg de mettre en récit diverses idéologies qui pouvaient alors sembler une alternative à cette civilisation bourgeoise qui se révélait, au moins...
Thierry Cecille
mai 2003
Le Matricule des Anges n°44