La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Christian Hubin

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Neumes
de Christian Hubin
2012
Lmda N°137 À nulle autre pareille la poésie de Christian Hubin. Interstitielle, aimantée de spasmes, gravitant à la périphérie de l’amnésie ou de virtualités sans origine. « Un tremblement / qui n’est pas. // Une sorte / de parenté sans membres. » Des poèmes dérivant du soustractif, de l’expressivité de l’effacement. Comme s’enfonçant sous le temps pour tenter d’en surprendre l’insaisissable, ce qui le...
Neumes de Christian Hubin
octobre 2012
L' In-Temps
de Christian Hubin
2020
Lmda N°217 Poète de l’insaisissable, Christian Hubin décline, entre silence et stupeur, les vertiges d’un insondable étonnement. Errante, intermittente, en proie à l’in-signifiant autant qu’à l’impossible à dire, la parole de Christian Hubin. À l’écoute aussi de ce qu’elle ne dit pas, mais qui la hante. Une parole particulièrement laconique, tout en intuition et rétractation, ouverte aux tropismes d’une réalité qui échappe aux sens, apparaît sans substance et comme déjà en train de disparaître dans l’instant de son...
Une écriture en apnée
octobre 2020
Face du son
de Christian Hubin
2017
Lmda N°187 De l’incandescent sec, des rebonds inverses, du centrifuge extrême. Chez Christian Hubin, le propre, l’impropre, l’identité n’existent pas. On est au bord du temps, avant la division du monde entre objet et sujet, dans un monde fuyant, rendu à sa nudité première. Chaque poème est comme l’ombre scalpée de l’invisible figure du temps. Chaque livre est comme l’intransigeante partition de ce qui...
Face du son de Christian Hubin
octobre 2017
Rouleaux
de Christian Hubin
2015
Lmda N°167 La poésie de Christian Hubin déploie une parole nue, sauvée des tautologies, qui, dans sa nudité aromale et sa concision oraculaire accompagne ce qui ne peut se dire. Ce qui rend unique l’œuvre de Christian Hubin, explique aussi ce qu’elle peut parfois avoir de déroutant, c’est son obstination à dire ce qui ne saura jamais se dire. Une œuvre qui congédie le Moi, le sujet, « l’onanisme poisseux des Moi parcellaires », le « tétanisme de la pensée binaire ». Qui interroge : Qu’est-ce qu’un poème ? « Pour quoi dire. Il n’y a peut-être rien à dire. Et de ce...
Héraclite d’aujourd’hui ?
octobre 2015
Greffes
de Christian Hubin
2010
Lmda N°114 La poésie de Christian Hubin dit l’hébétude face à ce qui est, autant que l’infinitude de ce qui n’a pas de commencement. Esseulée l’écriture de Christian Hubin, requérante, mais riche d’une essentielle singularité. Sa poésie relève d’un langage où les mots sont plus que les mots, elle ressortit à une forme d’écriture tout en ponctuation d’imprévisible, en syntaxe d’à-coups, en greffes griffues. Des poèmes qui tiennent de la pulsation artérielle autant que de l’éclair sec du satori. Aucun message, donc, aucune...
Des corps sans
juin 2010
Dont bouge
de Christian Hubin
2006
Lmda N°79 Avec Christian Hubin, c’est du mystère consubstantiel à la poésie qu’il s’agit, de ce qui en elle, loin de toute illusion de prise sur le monde, mine tout discours, et oblige à fréquenter les limbes du langage, comme à habiter l’intervalle entre ce qui est veut être ou a été et ce qui cherche à le dire. Le poème, alors, devient ce lieu d’improbable saisie où se donne à entendre un peu de...
À contre-jour
janvier 2007