La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Un socle par résorption

novembre 1995 | Le Matricule des Anges n°14 | par Claude Louis-Combet

Ce qui est

Que l’on songe au travail de l’homme qui lime et qui abrase, à toutes ces tâches infiniment minutieuses et risquées, accomplies jadis à la main, et qui visent à évider, à alléger, à amincir sans amoindrir, à désubstantialiser sans appauvrir, dégageant les saillies, polissant les articulations, libérant les points nodaux, ramenant la matière première à ses origines -et cette discipline du renoncement, et cette ascèse sans relâche qui tend la forme jusqu’à la limite de la fracture ou de l’effacement, là où ce qui est, fragment, instant, passage, s’avère si proche du rien d’où il est issu et où il retourne, que le souffle, chez celui qui tient l’œuvre dans sa main, reste en suspens et comme saisi.
C’est ce qu’éprouve à chaque page le lecteur de Christian Hubin, convié à errer dans une architecture de langue et de pensée sans barre d’appui, et donc promis à l’espace vacant, face à un texte ici surgi comme la figuration abstraite d’un relief géologique, un socle rompu en mots et reconstruit de même. C’est en-deçà du paysage : matériaux désunis charriés par le temps immobile, végétaux, minéraux, sensations intenses, mais furtives, mais disjointes, triomphe de l’épars dans le silence du cœur qui se replie. Ainsi : « Ecoutant s’approcher les cils des morts, précédant les pierres, les ruisseaux, neigeant dans des grottes sans entendre » (p.153).
L’œuvre poétique récente de Christian Hubin (Personne, 1986 ; Hors, 1989 ; Continuum, 1991 ; tous ces textes publiés hautement chez Corti) poursuit sa solitaire exigence de vérité des mots, de justesse des images, de rigueur dans le dialogue avec le monde et dans la méditation sur soi-même. Comme une monnaie de bon aloi, sans concession, sans artifice, sans risque d’inflation, voici une matière de texte qui ne se mesure qu’à la gravité de l’expérience intérieure. La beauté vient en plus, comme un privilège conquis sur l’austérité du destin.

* Derniers ouvrages parus : Blesse, Ronce noire (Corti 1995) et Miroirs du texte (Deyrolle, 1995)

Ce qui est
de Christian Hubin

José Corti
125 FF

Un socle par résorption Par Claude Louis-Combet
Le Matricule des Anges n°14 , novembre 1995.
LMDA PDF n°14
4,00 €