La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Claro

A propos

Autopsie d'un pornographe Auteur, traducteur et codirecteur d’une collection, l’irrévérencieux Christophe Claro soulève les voiles de « Madame Bovary ». Avec vigueur. Un homme abandonné, en proie à d’hallucinantes sensations, tente d’oublier sa dulcinée en s’immisçant pour la énième fois dans les lézardes microtextuelles de Madame Bovary. Parce que lire « est évident, comme le mouvement de bascule du tabouret quand la corde se tend » et que seule une histoire d’adultère est en mesure de colmater les brèches d’une désillusion sentimentale, Madman Bovary dévoile l’intimité d’une lecture cathartique. Christophe Claro, seringue en main, nous applique une « petite injection flaubertienne » égrillarde, ludique et outrageusement intelligente. À travers son...
mars 2008
Le Matricule des Anges n°91

Ouvrages chroniqués

La Maison indigène
de Claro
2020
Voici un livre qui surprendra les lecteurs de Claro. À la suite d’un email de son ami Arno Bertina, Claro se voit convoqué par son passé familial. Nous sommes en 1930 à Alger, l’architecte Léon Claro, grand-père paternel de l’auteur, inaugure La Villa du centenaire qu’il vient de bâtir, sur le modèle néomauresque, pour célébrer cent ans de colonisation. Trois ans plus tard, un jeune homme la visitera et écrira sur la maison mauresque un de ses premiers textes : il s’appelle Albert Camus. Le fils de Léon est là, qui sera le père de Claro. L’entrée de cette villa Claro est-elle,...
Thierry Guichard
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213
Hors du charnier natal
de Claro
2017
Attaché à écrire la biographie d’un anthropologue russe oublié, Claro rejette les règles de l’exercice, glisse vers l’autofiction pour mieux en détraquer les mécanismes. Mort d’épuisement en 1888, à l’âge de 42 ans, Nikolaï Mikloukho-Maklaï a été le premier Européen à vivre en immersion avec les Papous de Nouvelle-Guinée. De la vie de celui qui s’est lui-même surnommé le « papou blanc », on ne sait pas grand-chose et c’est pour « l’empêcher de figer dans la sauce du mythe » que le narrateur de Hors du charnier natal décide d’en écrire la biographie. En lisant ce livre dont le titre est emprunté au premier vers des « Conquérants » de José-Maria de Heredia, le lecteur n’apprendra pourtant pas grand-chose car, comme l’annonce d’emblée ce mystérieux...
Eric Bonnargent
janvier 2017
Le Matricule des Anges n°179
Chair électrique
de Claro
Claro, traducteur du beau monde (de Pynchon à Rushdie), asseoit une fiction racoleuse sur la chaise électrique. Toujours les mêmes bribes de sociologie ressassées. Trois canevas sont mêlés. Il y a d’abord la conception de la chaise électrique, à la fin du XIXe, au cœur de la douce Amérique ; plus près de nous, c’est un bourreau pennsylvanien, Howard Hordinary, qui se retrouve sujet à la dépression depuis que le Système s’avise de piquer les condamnés ; et de nouveau en arrière, revoilà les tours d’Harry Houdini, dont la figure est reproduite en tête de quelques chapitres, le célèbre illusionniste partageant avec « la Chaise » le cerveau désœuvré d’Howard. Le dispositif paraît donc assez sophistiqué : pourquoi pas ? Sans doute est-ce qu’il faut...
Gilles Magniont
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43