La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Claude Ponti

A propos

La fantasmagie de Ponti Institution du livre illustré pour enfants, Claude Ponti publie son troisième roman où se déploie toute la richesse de son univers graphique et verbal. Il a la faveur des petits et de leurs parents : Claude Ponti est l’auteur phare du livre pour enfants. Son inventivité, ses astuces et ses ogres, ses doudous méchants et ses cauchemars ont définitivement marqué les esprits. « Un Ponti sinon rien » est le slogan d’une génération de gamins, qui, tombés tout jeunes dans les profuses poussinières d’albums troublants et réjouissants, n’en démordent plus. Tant mieux, l’œuvre de Ponti est une école de la fantaisie. Romancier depuis 1995, Ponti laboure d’une plume aussi libre qu’alerte les terres d’un surréalisme doux qui n’est pas sans évoquer...
juin 2006
Le Matricule des Anges n°74

Ouvrage chroniqué

Georges Lebanc
de Claude Ponti
2001
En racontant 24 heures de la vie d’un banc, il ouvre une fenêtre sur l’imaginaire consolateur. Une fenêtre grande comme cet album qui fait naître mille mondes. Georges Lebanc « vit dans le Square Albert-Duronquarré » qui jouxte les monuments de plusieurs villes du monde et où ceux qui s’y rendent se transforment en leur doudou d’enfance : celui-ci en nounours de peluche, celle-là en une poupée chiffonnée, etc. Vous qui entrez ici, abandonnez vos certitudes d’adulte. Vous retrouverez ici la luxuriance généreuse et déjantée du père d’Adèle qui joue de la relation entre le texte (les jeux de mots sont princes) et l’image (qui en montre toujours plus qu’on ne croit). Il s’agit de faire du square comme un pays autonome : les mots sont les points...
Thierry Guichard
décembre 2001
Le Matricule des Anges n°37