La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Copi

Ouvrages chroniqués

Compact romans
de Copi
2018
Figure majeure du théâtre et de la presse satirique, Copi était un créateur subtil, doué pour l’ironie ravageuse et la provocation en talons. Depuis sa disparition, le 14 décembre 1987, Copi n’était pas oublié. Ceux qui l’ont lu un jour gardaient le souvenir de ses fantaisies et de ses tendresses, ceux qui avaient vu ses pièces de théâtre n’en ont pas effacé le tonitruant baroque, quant à ceux qui se sont délectés dans la presse des années 1970 et 1980 des planches où sa célèbre « femme assise » devisait, ils l’ont toujours en rétine. C’était une grande époque de journaux, d’idées et d’initiatives combattantes. Un ludion comme Copi avait des atouts pour provoquer l’attention. Ses pièces se jouent toujours à travers le monde...
Éric Dussert
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195
Compact théâtre
de Copi
2018
Figure majeure du théâtre et de la presse satirique, Copi était un créateur subtil, doué pour l’ironie ravageuse et la provocation en talons. Depuis sa disparition, le 14 décembre 1987, Copi n’était pas oublié. Ceux qui l’ont lu un jour gardaient le souvenir de ses fantaisies et de ses tendresses, ceux qui avaient vu ses pièces de théâtre n’en ont pas effacé le tonitruant baroque, quant à ceux qui se sont délectés dans la presse des années 1970 et 1980 des planches où sa célèbre « femme assise » devisait, ils l’ont toujours en rétine. C’était une grande époque de journaux, d’idées et d’initiatives combattantes. Un ludion comme Copi avait des atouts pour provoquer l’attention. Ses pièces se jouent toujours à travers le monde...
Éric Dussert
juillet 2018
Le Matricule des Anges n°195
L' Ombre de Venceslao
de Copi
L’Ombre de Venceslao était la seule pièce non encore publiée de Copi. Elle met en scène les deux familles, la légitime et l’illégitime, de Venceslao. Dans une Argentine déchirée par les coups d’État et dominée par les éléments en furie, dont un déluge cyclothymique, la mort rôde. Que ce soit par l’insecticide à cafards, par pendaison ou par balle, les personnages n’arrêtent pas de mourir. L’émotion est toujours décalée, créant une distance, une irréalité. Parfois, les personnages semblent se tromper de répliques, les mots qui sortent de leur bouche prennent des raccourcis surprenants. La...
Laurence Cazaux
janvier 2000
Le Matricule des Anges n°29