La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur David Bosc

Ouvrages chroniqués

Mourir et puis sauter sur son cheval
de David Bosc
2016
Après un récit dédié au peintre Courbet (La Claire Fontaine), David Bosc revient sur le genre biographique en consacrant Mourir et puis sauter de son cheval à Sonia Araquistain, jeune peintre qui se suicida à Londres en septembre 1945. À l’origine du projet d’écriture : un passage des carnets du poète Georges Henein où il est fait mention du suicide de Sonia, deux articles du Daily Express consacrés à la défunte, et une photo. De ce matériau pauvre, Bosc nous livre un texte hybride où se mêlent formes littéraires et instances narratives multiples. Soit une scène inaugurale, lapidaire,...
Christine Plantec
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Milo
de David Bosc
2009
Dépeindre l’humain en déshérence, David Bosc s’y astreint dans un deuxième roman âpre et flamboyant. Les premières images des Amants du Pont-Neuf de Léos Carax mettent au diapason tourments de l’âme et souffrance physique. Alex, clodo cracheur de feu, entame visage et corps aux crépis et bitume d’une rue de Paris. Difficilement soutenable, le jeu d’acteur de Denis Lavant fascine monstrueusement. La plume de David Bosc inocule dans le personnage de Milo, la même puissance, la même démesure, le même lyrisme. Milo ne s’automutile pas, mais semble s’être mentalement retranché du monde. Qui est-il ? D’où vient-il ? En pleine errance existentielle (la quarantaine ?), telle une bête blessée,...
Dominique Aussenac
octobre 2009
Le Matricule des Anges n°107