La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les souffrances de la jeune Sonia a.

janvier 2016 | Le Matricule des Anges n°169 | par Christine Plantec

Mourir et puis sauter sur son cheval

Après un récit dédié au peintre Courbet (La Claire Fontaine), David Bosc revient sur le genre biographique en consacrant Mourir et puis sauter de son cheval à Sonia Araquistain, jeune peintre qui se suicida à Londres en septembre 1945. À l’origine du projet d’écriture : un passage des carnets du poète Georges Henein où il est fait mention du suicide de Sonia, deux articles du Daily Express consacrés à la défunte, et une photo. De ce matériau pauvre, Bosc nous livre un texte hybride où se mêlent formes littéraires et instances narratives multiples.
Soit une scène inaugurale, lapidaire, fonctionnant à la manière d’indication scénique. En italique, on assiste aux derniers instants de l’artiste, quelques minutes avant sa défenestration. Elle n’est qu’une « fille (qui) respire dans le combiné », « se lance à l’assaut des marches », qui « nue prononce des paroles sans queue ni tête » et disparaît.
S’ensuit un récit où le père de la défunte explore l’atelier de sa fille en quête d’indices susceptibles d’éclairer les motifs du suicide. Son insistance le mènera au journal de Sonia dont le contenu ne rend que plus intrigant le personnage. Cette ultime partie est la plus longue du récit et l’on perçoit combien l’auteur s’est fait plaisir à inscrire dans un Londres détruit par les bombes de la Seconde Guerre mondiale une digne héritière du Sturm und Drang. « Dérégler en moi le sens de l’orientation, me soumettre au rythme et, tour à tour, être moi-même la source de la pulsation, de la pulsion. » Sonia voudrait n’être que mouvement, énergie du corps et de l’esprit, liberté pure.
La vivacité du style, la crudité des images et leur acuité troublante en attestent, de sorte que le lecteur est emporté par la sauvagerie de Sonia, sa lucidité aussi car la folie du personnage est d’abord un défi à une bêtise humaine dont la guerre et la bourgeoisie (qui se rêve émancipée des carcans moraux) sont les avatars. Lautréamont, Nietzsche, Büchner ne sont pas très loin. Comme eux, « je ne cesse d’entrer dans la montagne » écrit Sonia dans son journal quand bien même il s’agirait de ne jamais en redescendre.
Christine Plantec

MOURIR ET PUIS SAUTER SUR SON CHEVAL
DE DAVID BOSC
Verdier, 86 pages, 11,50

Les souffrances de la jeune Sonia a. Par Christine Plantec
Le Matricule des Anges n°169 , janvier 2016.
LMDA papier n°169
6.50 €
LMDA PDF n°169
4.00 €