La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Denise Bonal

Ouvrages chroniqués

Les Pas perdus
de Denise Bonal
2000
La gare, « débarcadère des volontés, carrefour des inquiétudes » est le personnage principal des Pas perdus, une pièce attachante même si certaines séquences paraissent convenues ou sans grande énergie vitale. Denise Bonal aime décrire des fragments de vie, des petits riens, les doutes, les inquiétudes, les ratés ou les grandes déclarations d’amour… Un patchwork d’émotions que l’écrivain distille tout en douceur, en alternant des moments de creux et de crises. Jusqu’à faire de cette gare un lieu onirique. Le regard de Denise Bonal est plein de tendresse pour toutes nos pérégrinations, nos...
Laurence Cazaux
septembre 2000
Le Matricule des Anges n°32
Portrait de Famille
de Denise Bonal
1992
Punis d’être pauvres à toujours chercher le bout la queue du diable les trois sous pour faire le centime « . Denise Bonal dans Portrait de Famille parle des petites misères du quotidien, celles qui mènent parfois aux drames. Comme pour Pinchard, le voisin de cette famille »Groseille« , plaqué par sa femme : » Elle est partie pour un kilo de gros sel. A midi juste, elle m’a regardé comme une étrangère avec les yeux hagards et elle m’a crié : je n’ai plus de sel… Elle est partie en courant sans manteau. Elle court toujours « . Le poids de la réalité, le poids des galères, le poids des...
novembre 1992
Le Matricule des Anges n°2