La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Dominique Fourcade

A propos

Trois coups sous les arbres Les trois nouveaux livres de Dominique Fourcade, véritable triptyque flottant, sont des exposés fluorescents de notre époque, trois coupes dans notre temps où, nécessairement, l’abject côtoie le sublime. On peut comparer l’œuvre de Dominique Fourcade à celle d’André du Bouchet ou de Jacques Dupin, pour la génération antérieure. Elle en a la liberté, l’ampleur et la force de déplacement. Rien ne restreint l’écriture chez Fourcade, sinon sa capacité à se ployer dans la vérité sensible et crue du monde. « Chevilles/ dont le talc est brisé. » (En laisse) Mais il y faut l’art de la composition extrême pour pouvoir inventer une nouvelle vitesse. Projective verse (Olson), métier de pointe, selon Char, dont l’auteur fut un proche ami, énergie en somme où Fourcade peut faire que le politique...
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65

La langue en crue

Depuis plus de trente ans, Dominique Fourcade écrit des livres qui ne cessent de déporter l’usage commun de la langue. Décryptage. Né en 1938 à Paris, Dominique Fourcade ne s’étale pas sur les éléments biographiques : il précise seulement que son éducation fut stricte, faite de règles, de principes et de pensées cloisonnées. Qu’à cela, toute sa vie s’opposa, histoire de désapprendre et de ne plus trier catégoriquement. Toutefois, son écriture n’est pas pour autant un tout-venant anarchique. Écrire implique d’être...
janvier 1998
Le Matricule des Anges n°22

Ouvrages chroniqués

Citizen Do
de Dominique Fourcade
2009
Citizen Do s’apparente à un testament poétique dans lequel les horizons du tutoiement, de Poussin à Char, forment la matière même des raisons d’écrire…. Les cinq parties qui composent Citizen Do, dont le « Post-scriptum » lui-même, s’entrecroisent en un savant jeu d’aller-retour dont, petit à petit, nous découvrons, les sujets. Du « Char », écrit d’abord solitaire où se déplient l’amitié et le lien poétique que Dominique Fourcade eut avec l’auteur de Fureur et mystère, au dernier poème isolé « Chanson pour moi », en passant par l’étrange « Élevage d’oies sur la mer » et les « Chansons et systèmes pour Saskia », c’est un seul et même long poème de l’enfance qui se joue ici. Enfance perdue, jouée, reconnue, et relancée dans le poème de...
Emmanuel Laugier
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101
Est-ce que j’peux placer un mot ?
de Dominique Fourcade
2001
Dans Est-ce que j’peux placer un mot ? le poète Dominique Fourcade court après le mot de l’enfance perdu : le mot manquant de toute écriture. Né en 1938 à Paris, Dominique Fourcade écrit depuis plus de trente-cinq ans. C’est un travail d’endurance que les écrivains connaissent bien, puisqu’ils ne sont jamais qu’en devenir. Ils s’arrêtent de l’être (au moins pour eux) au moment où l’écriture s’arrête elle-même. Dominique Fourcade parle souvent de cet arrêt de l’écriture et du vide qui envahit l’existence et vient alors troubler ce je si singulier de l’écrivain : la première page de Est-ce...
Emmanuel Laugier
août 2001
Le Matricule des Anges n°35