La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Dominique Rabaté

Ouvrages chroniqués

Le Roman et le sens de la vie
de Dominique Rabaté
2010
Dans un essai dense et lumineux, Dominique Rabaté montre comment le roman moderne a proposé dès l’origine un espace ouvert aux questionnements engendrés par l’individualisme et le déclin des formes traditionnelles de transmission de l’expérience. Peut-on trouver dans la littérature un accès renouvelé aux interrogations que notre immersion dans l’existence laisse sans réponse ? En quoi le roman moderne offre-t-il l’opportunité de reconsidérer le sens que revêt à nos yeux notre propre vie ? Dominique Rabaté, chercheur en littérature et enseignant, nous convie à une aventure réflexive qui emprunte les chemins de l’érudition autant que ceux de l’intuition et de la sensibilité. Il explore en effet des territoires de la pensée dont on pressent, au-delà des problématiques de recherche qu’elles mobilisent, qu’elles le préoccupent...
Jean Laurenti
mai 2010
Le Matricule des Anges n°113
Ecritures blanches
de Dominique Rabaté , Dominique Viart
2009
Qu’est-ce qui peut rapprocher Ernaux et Emaz, Perec et Duras ? Tentative de mettre au jour une forme d’écriture, ennemie de la rhétorique, modeste et entêtée. Comme pour nombre de slogans politiques (pensons, par exemple, à la « fracture sociale »), il arrive que des concepts philosophiques ou esthétiques doivent leur succès au flou, à l’indétermination qui leur est propre. En 1953, Barthes - encore débutant mais pas hésitant pour autant, désireux de s’inventer une voie/voix entre Sartre et Blanchot - met en avant, dans Le Degré zéro de l’écriture, la notion d’ « écriture blanche ». Contre l’écriture « bourgeoi- se » et son faste rhétorique, certains écrivains - le Camus de L’Etranger ou encore Cayrol - feraient le choix de l’absence...
Thierry Cecille
septembre 2009
Le Matricule des Anges n°106