La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Eric Sautou

Ouvrages chroniqués

Le Capitaine Nemo
de Eric Sautou
Il semble que les choses, dans les poèmes d’Éric Sautou, les choses ou les très légers vers de quelques mots, sont comme autant de fugitifs mouvements de vie dans un jardin (« on dit des mots simples/ on avance dans l’air », Fleuves, p.37). C’est à chaque instant comme un printemps, même si de la mélancolie pas loin (« on est vivant sur les chemins/ on regarde s’éloigner », Fleuves, p.49). Comme la disparition presque acceptée de la vie, mais quelque chose d’étonné aussi, là tout à coup, et qui persiste. Rien cependant qui s’en aille vers des évidences, ni vers la simplicité naïve...
James Sacré
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31
Le Nom des fleuves
de Eric Sautou
1999
Il semble que les choses, dans les poèmes d’Éric Sautou, les choses ou les très légers vers de quelques mots, sont comme autant de fugitifs mouvements de vie dans un jardin (« on dit des mots simples/ on avance dans l’air », Fleuves, p.37). C’est à chaque instant comme un printemps, même si de la mélancolie pas loin (« on est vivant sur les chemins/ on regarde s’éloigner », Fleuves, p.49). Comme la disparition presque acceptée de la vie, mais quelque chose d’étonné aussi, là tout à coup, et qui persiste. Rien cependant qui s’en aille vers des évidences, ni vers la simplicité naïve...
James Sacré
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31