La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Frankétienne

Ouvrages chroniqués

Les Affres d’un défi
de Frankétienne
2010
Au-delà du récit d’un village haïtien aux prises avec les sortilèges, Les Affres d’un défi de Frankétienne entonne le chant, sombre mais cathartique, d’un peuple asservi. En 1975, Frankétienne publie son premier roman en créole paysan : Dézafi (Vents d’ailleurs, 2002). Davantage qu’une simple traduction en langue française, Les Affres d’un défi (Éd. Henry Deschamps, 1979 ; Jean-Michel Place, 2000) constitue une véritable réécriture de ce texte fondateur de la littérature haïtienne. Texte dont chaque nouveau livre - que ce soit Ultravocal, œuvre-limite recensant les blessures d’un peuple soumis à l’obscurantisme et à l’autoritarisme, ou bien les volumes des Métamorphoses de l’oiseau schizophone - semble propager l’inaliénable cri d’une possible délivrance. ...
Jérôme Goude
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114
D' un pur silence inextinguible
de Frankétienne
2004
Apôtre d’une littérature totale, Frankétienne invente une langue vertigineuse pour dire la sombre réalité de l’île. Un pays qui s’enfonce un peu plus tous les jours dans le chaos et la violence. La misère et l’analphabétisme érigés en symboles éternels de la nation. Des maisons d’édition inexistantes. Des écrivains sans lecteurs qui pourtant publient (le plus souvent à compte d’auteur). C’est tout le paradoxe d’Haïti. En tête de ces écrivains qui font de la création un geste insurrectionnel et de la fange une matière littéraire, Frankétienne, romancier et poète, infatigable inventeur de mondes, dynamiteur de langages hors pair. En 1968, il fonde avec René Philoctète et Jean-Claude Fignolé, un étrange...
Emmanuel Favre
juillet 2004
Le Matricule des Anges n°55