La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Frédéric H. Fajardie

A propos

Frédéric H. Fajardie : vive la littérature populaire Ecrivain de romans noirs et de politique-fictions, Frédéric H. Fajardie est un visionnaire, franc-tireur à la plume ancrée dans le réel. Retour aujourd’hui du commissaire Padovani dans la France de Balladur. Articuler écriture et politique, pour Fajardie, c’est militer aussi pour une littérature populaire. Son communisme n’est pas théorique. Le Capital est toujours dans sa bibliothèque, mais il tient à souligner que le chapitre I du Livre I est… le meilleur. Patte de velours, son dernier roman, c’est le retour du commissaire Padovani, sa première enquête après dix ans de placard. Pado n’a pas changé. Il continue à « subvertir la police de l’intérieur afin de « servir le peuple » ». Et comme on le lui fait remarquer : « certaines réinsertions sont problématiques, complexes, atypiques… ». Son...
octobre 1994
Le Matricule des Anges n°9

Ouvrages chroniqués

Egérie légère
de Frédéric H. Fajardie
Avec Égérie légère, Fajardie nous donne à lire un O.V.N.I. littéraire que son cahier central rend assez proche de la presse dite de charme et dont le contenu tient à la fois de l’art poétique et du poème amoureux. « Que pourrais-je montrer à ceux qui m’interrogent sur l’origine de mes livres et mon imaginaire ? En toute justice, une femme. Sans elle, pas de livres (…) Sans Francine, pas de Fajardie ». Le sens que Fajardie donne dans ces textes à sa vie est des plus romantiques voire des plus romanesques : « Mon « plan de carrière » me plaisait bien : mourir les armes à la main avant...
Christophe David
mars 1997
Le Matricule des Anges n°19
Brouillard d’automne
de Frédéric H. Fajardie
Inégal, ce massacre de la Saint-Valentin façon chinoise dans un Paris impersonnel. Fajardie y dégrossit à grands coups de style mitraillette (phrases courtes, dialogues sans profondeur) quelques caractères intéressants. Des tueurs chômeurs, abonnés à des maquis et à des idéologies moribonds, ou pétris du souvenir d’une enfance perdue. Prêts à payer leur liberté de quelques coups de couteau dans le dos. Mais il n’hésite pas devant les poncifs les plus éculés, avec ces Chinois forcément impassibles, forcément machiavéliques. Le casse du siècle tourne à la guerre de clans, Fajardie mène...
Sophie Malibeaux
juin 1998
Le Matricule des Anges n°23