La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Georges Didi-Huberman

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


Eparses : Voyage dans les papiers du ghetto de Varsovie
de Georges Didi-Huberman
2020
Lmda N°211 Un livre de dialogue et un essai de Georges Didi-Huberman sur les images recueillies par un groupe de résistants juifs du ghetto de Varsovie reviennent chacun sur la généalogie possible des prises de parole et des actes, dont les images gardent les traces en les étoilant. Dans des « Gammes anachroniques », un entretien avec Robert Maggiori réalisé il y a plus de vingt ans, Georges Didi-Huberman répondait à sa primitive passion des images en rappelant combien les regarder était autant interroger ce qui nous regarde en elles. Cette dynamique, véritable dialectique dont il n’a pas cessé, de livre en livre, de décrire les schèmes, les usages et les productions,...
Ce qui est tourné vers nous
mars 2020
Pour commencer encore
de Georges Didi-Huberman
2020
Lmda N°211 Un livre de dialogue et un essai de Georges Didi-Huberman sur les images recueillies par un groupe de résistants juifs du ghetto de Varsovie reviennent chacun sur la généalogie possible des prises de parole et des actes, dont les images gardent les traces en les étoilant. Dans des « Gammes anachroniques », un entretien avec Robert Maggiori réalisé il y a plus de vingt ans, Georges Didi-Huberman répondait à sa primitive passion des images en rappelant combien les regarder était autant interroger ce qui nous regarde en elles. Cette dynamique, véritable dialectique dont il n’a pas cessé, de livre en livre, de décrire les schèmes, les usages et les productions,...
Ce qui est tourné vers nous
mars 2020
Passer, quoi qu’il en coûte
de Georges Didi-Huberman , Niki Giannari
2017
Lmda N°188 Sommant les images de révéler quelque chose du monde, Georges Didi-Huberman et Niki Giannari tournent leur regard vers le mal que notre siècle inflige aux réfugiés. Au long d’un parcours de plus de trois décennies, Georges Didi-Huberman, philoso- phe et historien de l’art, n’a de cesse d’élargir son champ d’investigation. Par livres interposés, il fait dialoguer la Renaissance avec l’Arte Povera, l’œuvre et la pensée de Marcel Duchamp avec celles de Hantaï, de Brecht, de Warburg, de Pasolini ou encore de Godard. Les productions artistiques sont matière à...
Retour des refoulés
novembre 2017
Ninfa profunda : Essai sur le drapé-tourmente
de Georges Didi-Huberman
2017
Lmda N°185 Des tourmentes et des tourments, des rythmes et des métamorphoses doublés de leur mise en œuvre picturale, voila le substrat du style hugolien et de sa poétisation tous azimuts. Au départ il y a, aux environs de 1890, à Florence, le jeune Aby Warburg (1866-1929) faisant une étude sur Botticelli, en rapport avec la « survivance » de l’Antiquité. Une « survivance » dont il va détecter la présence dans la figure mouvante et drapée de la Nymphe – qu’il nomme « Ninfa » –, de la « jeune fille au pas léger », aux cheveux dénoués et à la robe gonflée par le vent. C’est cette...
Boucles de vagues
juillet 2017
Survivance des lucioles
de Georges Didi-Huberman
2009
Lmda N°108 Faut-il se borner à scruter un horizon politique qui n’offre qu’une désespérante absence de perspective ? Il est bien plus fécond, nous dit Georges Didi-Huberman, de chercher, loin des projecteurs aveuglants, l’inédit toujours à l’œuvre. Force est de constater que nos déambulations ne nous offrent que rarement l’occasion d’admirer, la nuit venue, un spectacle qui fit autrefois la joie des entomologistes, rêveurs et des vagabonds : le ballet des lampyridae, insectes de la famille des coléoptères, plus communément appelés lucioles. Ce sont bien ces dernières que Georges Didi-Huberman convoque dans son nouveau livre, Survivance...
Lueurs nocturnes
novembre 2009