La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Gérard Cartier

A propos

Des liasses de mémoire Avec « Le Hasard », son neuvième livre, le très discret Gérard Cartier signe un recueil où se réactualise à nouveau son ambition d’écrire une poésie épique, mêlant les heurts de l’Histoire, du nazisme à l’Algérie. Histoires d’une langue trouée par la marche du monde. C’est tout près de Marly-le-Roi, dans la banlieue ouest de Paris, que Gérard Cartier nous reçoit, un samedi matin. Le train aura traversé, au ralenti, une forêt qu’on croyait disparue, comme si nous passions sur une autre rive, dans une autre dimension du temps. Les poèmes de Gérard Cartier s’écrivent aussi dans ces légers décalages de temps en convoquant aussi bien un chantier à ciel ouvert que l’histoire du massacre des résistants, à la fin de la guerre, sur le plateau du Vercors. Originaire de Grenoble, où il naît en 1949, Gérard Cartier a gardé de ce pays une double mémoire, celle de...
juillet 2004
Le Matricule des Anges n°55

Ouvrages chroniqués

Le Voyage de Bougainville
de Gérard Cartier
2015
Se référant à l’Encyclopédie, la prose pensive de Gérard Cartier cherche à redéfinir les liens de la poésie aux sciences et à l’Histoire. Le Voyage de Bougainville, supplément du supplément qu’écrivit Diderot, a tout l’aspect d’un traité de poésie didactique, voire celui d’un art poétique. Il enseigne ou appelle à considération, via un vers libre à l’allure de prose syncopée plus que d’alexandrins désarticulés, les tâches que la poésie se doit peut-être d’incarner, du moins de redéfinir face aux sciences (de l’histoire naturelle aux sciences dures en passant par la géographie), l’histoire, la philosophie et la littérature. La parfaite formation de l’honnête homme compte celle de l’art poétique, qui en serait la pointe. René...
Richard Blin
septembre 2015
Le Matricule des Anges n°166
Tristran
de Gérard Cartier
2010
Revisitant la légende tristanienne, Gérard Cartier montre combien elle est encore vivante dans les méandres de son cœur comme dans l’irréductibilité de certaines âmes. Manifestement né des surprenantes conjonctures du hasard - « L’étrange essai du Tristran qui avait surgi tout à coup au milieu du Hasard » (Obsidiane, 2004), lit-on, p. 137 du Petit séminaire (Flammarion, 2007) - le dixième livre de Gérard Cartier relève d’une longue maturation. Ce qui ne devait être qu’un conte amoureux ébauché par la mélancolie - « Je m’accordai d’instinct à la légende, de vieux livres sur les genoux, exhumant des sentiments perdus, le corps qui court ébloui vers sa joie » - a proliféré, est devenu ce Tristran qu’il nous donne aujourd’hui. En cinq parties et treize...
Richard Blin
juillet 2010
Le Matricule des Anges n°115
Le Petit séminaire
de Gérard Cartier
2007
Mêlant prose et vers, ciel de draps froissés et soie changeante des sentiments, le nouveau recueil de Gérard Cartier a été composé entre la longue traversée du Hasard (Obsidiane, 2004) et l’écriture d’une version, encore inédite, de Tristan et Iseult. Beaucoup plus intimiste que Le Désert et le Monde (Poésie/Flammarion, 1977), il décline, à l’imparfait d’un temps révolu, un art d’écrire à des souvenirs d’un autre siècle. Et peu à peu c’est une sorte de grammaire d’un art d’aimer qui prend forme, l’essentiel singulier trouvant reflets dans les plus belles pages des poèmes de Tristan et...
Richard Blin
mai 2008
Le Matricule des Anges n°93