La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Henry David Thoreau

Ouvrages chroniqués

L' Esprit commercial des temps modernes ...
de Henry David Thoreau
2007
Qui aujourd’hui oserait dénoncer l’aspect immoral du commerce ? Un altermondialiste ? Un philosophe ? Le 30 août 1837, Thoreau alors âgé de 20 ans présente dans la très célèbre université de Harvard une conférence de fin d’étude intitulée « L’esprit commercial des temps modernes, considéré dans son influence sur le caractère politique, moral et littéraire d’une nation ». Ce très court texte, traduit pour la première fois en français, apparaît comme l’élément fondateur de son œuvre littéraire. Lyrique, exaltant la Nature d’une manière presque mystique, un brin guindé aussi, il y condamne...
Dominique Aussenac
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85
Désobéir
de Henry David Thoreau
1997
Mémorialiste, essayiste et poète (1817-1862), Henry David Thoreau fut une sorte de Rousseau américain, hanté par le rêve d’une vie redevenue sauvage (un rêve adamique quelque peu candide), qui vouait aux gémonies l’organisation sociale, le respect du bien et l’allégeance nécessaire à la loi, engagé au point de préférer passer un jour en prison plutôt que de payer ses impôts à un gouvernement esclavagiste où « argent et vertu ne font pas bon ménage ». Épris de liberté, désireux de respirer à son gré, persuadé de ne pas être né « pour être contraint », Thoreau avait fait sienne la maxime...
Didier Garcia
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20