La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Israël Éliraz

Ouvrages chroniqués

Dehors
de Israël Éliraz
2008
Contenue, précise et chargée, la poésie d’Israël Eliraz tient de l’ontologie et de la métaphysique. S’il était peintre, Israël Eliraz pourrait bien être proche d’un Morandi. Avec ce dernier recueil il s’inscrit de nouveau dans le cercle de ceux que le réel obsède par sa proximité immédiate, sa simplicité évidente, et en même temps sa résistance à se laisser dire, à se laisser saisir à travers un ordre symbolique, langagier ou autre. Des vers aussi dépouillés et économes que le sont la palette chromatique et le dessin des natures mortes au pot et à la carafe, émerge un univers pauvre où se tiennent quelques objets élémentaires : la table, la lampe, la sandale, la fourmi, le mimosa. Rien...
Marta Krol
février 2009
Le Matricule des Anges n°100
Laisse-moi te parler comme à un cheval
de Israël Éliraz
2005
Né à Jérusalem en 1936, auteur de deux pièces de théâtre et de six livrets d’opéras du compositeur Josef Tal, Israël Eliraz se consacre aujourd’hui entièrement à la poésie. Voix forte dans son pays, elle porte jusqu’ici : quatorze de ses recueils ont été traduits de l’hébreu au français sous sa supervision, et ce dernier livre a bénéficié d’une relecture des poètes Gaspard Hons et Cédric Demangeot. La parole d’Eliraz est « nette », limpide, près des choses et des sens. Elle évoque fourmis et abeilles, les herbes, la force du Jourdain qu’il ne faut plus garder caché « comme un figuier...
Hélène Pelletier
mars 2006
Le Matricule des Anges n°71