La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie La sagesse des mouches

mars 2006 | Le Matricule des Anges n°71 | par Hélène Pelletier

Laisse-moi te parler comme à un cheval

Né à Jérusalem en 1936, auteur de deux pièces de théâtre et de six livrets d’opéras du compositeur Josef Tal, Israël Eliraz se consacre aujourd’hui entièrement à la poésie. Voix forte dans son pays, elle porte jusqu’ici : quatorze de ses recueils ont été traduits de l’hébreu au français sous sa supervision, et ce dernier livre a bénéficié d’une relecture des poètes Gaspard Hons et Cédric Demangeot. La parole d’Eliraz est « nette », limpide, près des choses et des sens. Elle évoque fourmis et abeilles, les herbes, la force du Jourdain qu’il ne faut plus garder caché « comme un figuier derrière le sucrier ». Toute la vie contenue dans les poches d’un enfant fait usage de guide, entretient l’espoir, permet le regard en avant : « Déchiffre la tactique du geste rude / du termite invisible qui habite / ta poche. Tout est là. » Les images riches, pleines, et qui dans une langue maîtrisée et mesurée savent conserver avec justesse le mystère ; les plis, le cri, le rouge souvent présent qui serait le sang, les fruits devinés des absurdités de la guerre, les « sages, les mouches porteuses de fardeaux » indiquant le chemin, une photo : la fourchette d’André Kertesz, de belles références à Pierre Reverdy, Bernard Noël, André du Bouchet, Samuel Beckett, aux lignes courbes, à la nudité, aux virgules ; tout cela coule comme le Jourdain, vit, forme une maison chaude qui nous rappelle un recueil précédent, Comment entrer dans la chambre où l’on est depuis toujours. Et si « nous sommes des hommes qui / mourons avec des poches pleines / de feu, de clous, de passions // égorgés par la grammaire folle / du pays, des puits bloqués », et si Eliraz et l’enfant le savent, ne laissent rien leur échapper, ils s’emparent du sacré qu’ils lisent partout pour aller bien au-delà, nous montrent à les suivre, et refusent de se taire.

Laisse-moi te parler comme à un cheval
d’Israël Eliraz, José Corti, 140 pages, 15

La sagesse des mouches Par Hélène Pelletier
Le Matricule des Anges n°71 , mars 2006.
LMDA papier n°71
6,00 €
LMDA PDF n°71
4,00 €