La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jacques Chauviré

A propos

Ombre et lumière Injustement oubliée, l’œuvre de Jacques Chauviré dévoile un humanisme sombre et lucide en témoigne la réédition de Passage des émigrants. À 88 ans, et après un long silence, l’ancien médecin découvre aujourd’hui le sentiment amoureux avec son scintillant Élisa. Deux décennies après avoir rangé ses ordonnances et treize ans « d’inactivité littéraire », Jacques Chauviré, 88 ans, goûte avec humilité aux plaisirs d’une reconnaissance tardive. Il la doit à Élisa. Porté par la parole cristalline d’un « enfant-vieillard », ce mince récit lumineux et malicieux a les propriétés curatives d’une eau de jouvence. L’histoire d’un premier amour, vécu par un petit bonhomme dans la fraîcheur de son innocence, alors que l’ombre de la Grande Guerre ne cesse de raviver les feux de la détresse père « inconnu » tombé au champ d’honneur, mère inconsolable et...
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49

Ouvrages chroniqués

La Terre et la guerre
de Jacques Chauviré
2008
Réédition de la fresque historique par laquelle Jacques Chauviré règle ses comptes, en douceur, avec Dieu, l’argent et la guerre. Jérôme et Lucie Calvière en ces premières semaines d’août 1914 errent dans les rues brûlantes d’un village en bord de Saône. Leur fils et leur gendre, mobilisés, laissent un vide derrière eux - et la lutte pour ne pas le laisser s’installer tout en restant « sans nouvelles » ni pouvoir, pour Jérôme « se représenter les périls auxquels étaient exposés les soldats de cette guerre » les engagent dans un voyage aux limites de leurs forces. Les lettres des paysans arrivent, avec les premiers disparus et le pressentiment des mutineries de 1917 : « Ça canarde à tout le tant et faut se mettre à...
Lucie Clair
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95
Massacre en septembre
de Jacques Chauviré
2006
Recueil posthume en kaléidoscope de l’enfant-vieillard des bords de Saône, ou le monde de Jacques Chauviré dans sa quintessence, le réel sans l’ombre d’une concession. Le vieux monsieur », comme le nommait avec un tendre respect Gilles Ortlieb, n’aura pas eu le temps de voir paraître ce recueil de nouvelles. Il les avait, comme beaucoup de ses écrits depuis le début des années 1980, gardées sans oser les montrer, à quelques exceptions près : deux d’entre elles, tirées à 200 exemplaires, étaient parues rassemblées sous le titre Rurales à la Maison du Livre de Pérouges en 1985, deux autres furent accueillies par la revue Théodore Balmoral. Il fallut sans doute la fraternité du poète, et l’encouragement du succès d’Elisa, en 2003, pour lui redonner le goût...
Lucie Clair
juillet 2006
Le Matricule des Anges n°75
Partage de la soif
de Jacques Chauviré
2000
Réédition du superbe livre de Jacques Chauviré, Partage de la soif qui diagnostique, à la mode romanesque, les maladies de notre société. Remercions Le Dilettante d’avoir laissé quelques semaines l’édition d’œuvres contemporaines pour nous offrir la réédition de Partage de la soif, superbe roman paru en 1958 aux éditions Gallimard grâce à la lecture enthousiaste d’Albert Camus. S’y dévoile grâce à une écriture impeccablement maîtrisée un univers par moments proche de celui de ce célèbre lecteur, un univers où le voile grisâtre qui brouille la vision des hommes et des paysages mène Desportes, le personnage principal, comme le narrateur de L’Étranger, vers l’irréalité. Ce n’est pas la moindre réussite de ce texte que de...
Jérôme Pellissier
juillet 2000
Le Matricule des Anges n°31