La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jane Sautière

Ouvrages chroniqués

Nullipare
de Jane Sautière
2008
C’est Philippe Muray qui disait que la littérature est « la miraculée du vouloir-l’enfant », « ce qui est sauvé du déluge de demande d’enfants ». Jane Sautière n’a jamais voulu d’enfant, elle est nullipare, et dans le livre qui porte ce titre, elle interroge cet « ahurissant mystère de ne pas avoir d’enfant ». D’être restée indivise. Elle le fait courageusement tant le totem de la mère est indéboulonnable, non-ironisable, et l’image de la femme sans enfant toujours entachée de sous-entendus peu flatteurs. Réfléchir à la maternité, c’est toucher au sexe, à la mort, à la naissance...
Richard Blin
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98
Fragmentation d’un lieu commun
de Jane Sautière
2003
La prison est devenue l’objet de toutes les curiosités. Jane Sautière fait le choix de la fiction et de la fragmentation pour nous ouvrir ses portes. Un livre admirable à la violence tout juste contenue. Prison : logis où l’on enferme ceux qu’on veut détenir selon Émile Littré. Lieu qui suscite l’angoisse, qui nourrit les fantasmes, qu’il est préférable d’ignorer. Prison : machine à broyer, à anéantir, passage obligé, nous dit-on, pour remettre dans le droit chemin. Monde virtuel, recomposé, mal identifié. Depuis quelques années, des écrivains ont entrepris d’explorer cet « ailleurs ». Animateurs d’ateliers d’écriture ou travailleurs sociaux, ils cherchent à démythifier la prison, s’approprient ses codes et ses mots pour mieux nous les rendre, tentent d’ouvrir cet espace...
Emmanuel Favre
mars 2003
Le Matricule des Anges n°43