La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Javier Cercas

A propos

Au héros inconnu En traquant un "ange" républicain, l’écrivain espagnol Javier Cercas retrouve le souffle épique de l’aventure dans une réflexion réussie sur le pouvoir de la narration et les vertus de l’engagement. Dans Étoile distante (Christian Bourgois, 2002, cf. Lmda N°40), l’écrivain chilien Roberto Bolaño, installé en Espagne depuis plus d’une vingtaine d’années, traque un poète fasciste coupable de meurtres immondes après le coup d’État de Pinochet. Blond, froid, éloquent, cultivé, sadique, ce dernier incarne à la perfection l’ange du mal. Dans Les Soldats de Salamine, Javier Cercas, autre quadragénaire, professeur de littérature à l’Université de Gérone, cherche lui, un ange du bien. Un combattant républicain qui à la fin de la guerre civile a refusé de tirer sur Rafael Sanchez Mazas. Qui...
novembre 2002
Le Matricule des Anges n°41

Ouvrages chroniqués

Le Point aveugle
de Javier Cercas
2016
Par un essai et la réédition de son premier roman, Javier Cercas nous initie à son art d’écrire. Certains auteurs ne font qu’écrire. Éperdument. D’autres écrivent, critiquent, traduisent. Un petit nombre écrit, critique, traduit et théorise. Javier Cercas est de ceux-là. Né en 1962 en Estrémadure, il suit son paternel, vétérinaire de campagne à Gérone en Catalogne. Il étudiera chez les Pères maristes, d’où une apparence assez austère et une vraie fausse humilité. Éprouvera à 15 ans une fascination pour Borges. Deviendra en 1985, docteur en philologie. Il intégrera ensuite la faculté de Gérone en tant que professeur de littérature. Entre-temps il aura publié Le Mobile, un très court...
Dominique Aussenac
février 2017
Le Matricule des Anges n°180
Le Mobile
de Javier Cercas
2016
Par un essai et la réédition de son premier roman, Javier Cercas nous initie à son art d’écrire. Certains auteurs ne font qu’écrire. Éperdument. D’autres écrivent, critiquent, traduisent. Un petit nombre écrit, critique, traduit et théorise. Javier Cercas est de ceux-là. Né en 1962 en Estrémadure, il suit son paternel, vétérinaire de campagne à Gérone en Catalogne. Il étudiera chez les Pères maristes, d’où une apparence assez austère et une vraie fausse humilité. Éprouvera à 15 ans une fascination pour Borges. Deviendra en 1985, docteur en philologie. Il intégrera ensuite la faculté de Gérone en tant que professeur de littérature. Entre-temps il aura publié Le Mobile, un très court...
Dominique Aussenac
février 2017
Le Matricule des Anges n°180
L' Imposteur
de Javier Cercas
2015
Avec L’Imposteur, l’Espagnol Javier Cercas nous entraîne dans la fabrique de la littérature. Quand notre besoin de fiction, de rêves, d’utopies, emprunte les chemins du mensonge. Quand on lit les livres de Javier Cercas, Les Soldats de Salamine, Anatomie d’un instant ou le tout dernier L’Imposteur, il faut rester vigilant. C’est l’auteur lui-même qui l’écrit : « Il faut rester vigilant. Si on ne l’est pas, on se fait niquer. Si on arrive à une conclusion sur lui (lui, Enric Marco, « le personnage » de L’Imposteur), on se fait niquer. Si on croit qu’on l’a compris et qu’il a enlevé son masque, on se fait niquer. Il se dérobe toujours. Nous, on croit qu’on met Marco dans nos histoires, dans nos films ou dans nos romans, mais en réalité c’est lui qui nous met dans...
Martine Laval
novembre 2015
Le Matricule des Anges n°168
À la vitesse de la lumière
de Javier Cercas
2006
Entre apologie de la guerre et bûcher des vanités, l’écrivain espagnol raconte comment une amitié improbable lui intime de témoigner. Une audacieuse mise en abîme de l’acte d’écrire. Il y a toujours quelque chose de souffreteux, une démarche claudicante, comme un manque de confiance, à moins qu’il ne s’agisse de pratique exorciste, un prix à payer, dans la manière dont Javier Cercas élabore ses romans. Ses héros, toujours des prolongements de lui-même, semblent obligés de se rassurer pour écrire. Ainsi mélange-t-il faits avérés ou personnages réels avec des éléments de fiction et construit ses récits en s’appuyant sur des témoignages. À la fois narrateur et acteur, il n’arrive finalement qu’à écrire le roman d’un roman, mais quel roman ! Au début d’À la vitesse de la...
Dominique Aussenac
septembre 2006
Le Matricule des Anges n°76