La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean Billeter

A propos

L'or et l'ordure Derrière l’évocation d’anges cannibales conjuguant leur infernale beauté à la douceur du lait des louves, c’est son autoportrait - anamorphosé - que Jean Billeter peaufine dans son troisième roman. Ses coups de griffe ont du style, ses lamentos saignent comme des couteaux de givre. Véhémence, morsure et outrance, Jean Billeter est un enlumineur d’âmes douloureuses, un orpailleur en quête de la grâce, n’écrivant qu’au bord de l’effritement et de la dislocation intérieure. Ses romans sont de la tripe tressée, de l’amour tordu, surchauffé, sur fond d’immense solitude. Après l’Enfer de Dans la chambre du pornographe (2004), et le Purgatoire de Raspoutine et la biche fauve (2007), voici le Paradis. Mais ici le Jardin des délices relève d’un univers en trompe-l’œil où le serpent n’est pas...
janvier 2008
Le Matricule des Anges n°89

L’odeur soutteraine

Jean Billeter nous raconte une histoire de serpent et de paradis : la sienne dans l’ombre de celle de Louis Soutter, un fou pornographe. D’un roman, on attend qu’il soit habité, qu’il inquiète ou bouleverse, qu’il parle de ce qui ne s’enseigne pas : du désir, de la folie, de l’indécence, du destin. Qu’il se développe sur les restes de vieux massacres, à commencer par celui de l’enfance. Placé sous les auspices d’une citation de Rilke « Qu’est-ce qu’un destin sinon la densité de l’enfance ? », le roman de Jean Billeter (né en...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60