La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Christophe Millois

Ouvrages chroniqués

Sortie de boîte
de Jean-Christophe Millois
2015
Après Les Beaux Jours (L’Olivier, 2003), Jean-Christophe Millois publie une longue nouvelle d’une soixantaine de pages. Autant le dire tout de suite : avec cette Sortie de boîte, Millois s’inscrit dans la lignée des grands nouvellistes américains. Comme ses illustres devanciers, son écriture dépouillée mais d’une précision d’orfèvre est au service d’une intensité dramatique qui n’a nul besoin de rebondissement, qui se construit lentement autour d’une intrigue assez simple : à 18 ans, Jacques est désœuvré. Installé chez sa mère, il est déscolarisé et traîne toute la journée avec ses potes...
Eric Bonnargent
avril 2015
Le Matricule des Anges n°162
Les Beaux jours
de Jean-Christophe Millois
2003
Jean-Christophe Millois égrène l’héritage familial d’hommes sensibles enfermés dans leur solitude. Subtil et poignant. Avec son titre qui rappelle Beckett, Les Beaux Jours raconte une histoire fragile. Un fils, Franck, un père, un chenil brinquebalant, une tante, Claire aux mains nouées, un grand-père en « lutte pour passer l’hiver » et une région qu’on imagine loin de la mer, de la montagne, de la ville. Franck végète au lycée où sa tante enseigne. Rien ne retient son attention, à peine peut-être les filles, à peine son ami Zitto réincarnation bouseuse d’un James Dean de pacotille avec lequel il écume les « guinguettes bruyantes, (les) boîtes ringardes » et roule sur la « route nue et sans lumière ». Sa...
Thierry Guichard
janvier 2004
Le Matricule des Anges n°49