La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Marie Barnaud

Ouvrages chroniqués

Sous l’imperturbable clarté
de Jean-Marie Barnaud
2019
De livre en livre, Jean-Marie Barnaud donne à entendre une poésie au phrasé discret, sans ostentation, voix basse toujours à la recherche d’une joie qui serait une royauté pour tous… À la question qu’Alain Freixe lui pose quant à ce « comment dire » de la poésie, et ce qu’elle peut répondre face aux accidents qui viennent blesser l’existence, Jean-Marie Barnaud (né en Charente-Maritime en 1937) répondait, avec parcimonie et réserve, ceci : « il me semble que le “comment dire” devrait coïncider avec la nécessité de désencombrer la parole des artifices par lesquels parfois elle se montre, fait la roue, s’enchante d’elle-même, prétend fasciner par ses prouesses  ». Cette suspicion du langage, dans la possibilité qu’il a de claironner, voire de plastronner, Jean-Marie...
Emmanuel Laugier
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208
Venant le jour
de Jean-Marie Barnaud
2004
Dans les premières pages de ses Récits de la Kolyma, Varlam Chalamov parle des sentiers que des hommes avaient à tracer dans la neige. De l’homme éreinté par ce travail, il dit aussi qu’il « meut son corps sur la neige comme le barreur conduit son bateau sur la rivière d’un cap à l’autre ». Façon pour lui de maintenir, dans le reste amaigri de tout espoir, l’horizon possible d’une accalmie… D’une venue du jour dans la nuit du jour. C’est aussi ce que ne cesse de réfléchir, au sens d’une ombre sur un mur, l’expérience de la poésie de Jean-Marie Barnaud, et dirait-on davantage avec Venant...
Emmanuel Laugier
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57
Un tombeau pour Félicien
de Jean-Marie Barnaud
Un Tombeau pour Félicien de Jean-Marie Barnaud Félicien est mort sans que son existence ait pu être déchiffrée par ses plus proches. Sa mère d’abord qui n’accepte pas la disparition et demande à ses amis de retracer le portrait du fils afin d’y voir un peu mieux. Son meilleur ami, sans cesse admiratif parce qu’il voyait en Félicien ce qu’il voulait voir en lui-même. Félicien mort, ces proches vont, par courrier, apporter des pierres à l’édifice que la mère voudrait ériger. Un monument de mots, car, bien que chacun s’en défende, pour retrouver « l’essence » de Félicien, il faut faire...
Thierry Guichard
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17