La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Jean-Pierre Martinet

A propos

La mort amoureuse De retour après trente ans de purgatoire, Jérôme, de Jean-Pierre Martinet, nous permet de découvrir une œuvre au noir, en travail de souffrance, dominée par la figure de l’Amour-Mort et portée par la violence explosive de la transgression. La littérature, le style, c’est un travail de tout l’être, un immense effort de ressaisissement, une tentative désespérée d’approche de l’impossible. Un travail qui tue. Il en est mort, Jean-Pierre Martinet. À 49 ans. Mais il y avait bien longtemps qu’il avait déjà sombré - dans l’alcool. Tout avait pourtant bien commencé pour celui qui, après de brillantes études, avait décidé de se consacrer au cinéma et à la critique (Philippe Jaccottet, Gustave Roud, Albert t’Serstevens, Henri Calet surtout qu’il a permis de redécouvrir). Puis soudain, l’année même de la parution de Jérôme, il décide...
novembre 2008
Le Matricule des Anges n°98

Le monde désaccordé de Jean-Pierre Martinet

Considéré par Gérard Guégan comme le "successeur de Dostoïevski", l’écrivain et critique noctambule Jean-Pierre Martinet (1944-1993) a laissé une oeuvre parmi les plus noires de la littérature française du XXe siècle. En 1975 paraissait aux éditions Jean-Jacques Pauvert La Somnolence de Jean-Pierre Martinet. Comme bien des premiers romans, celui-ci glissa vite dans les oubliettes faute d’avoir suscité l’intérêt de la critique ou plutôt, serait-on tenté de dire, parce que le monde et sa représentation n’étaient pas conformes à l’idée qu’on se fait habituellement d’un roman. On attend des personnages dignes,...
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36