La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Juan Rulfo

Ouvrages chroniqués

Pedro Paramo
de Juan Rulfo
1979
Au premier abord, ce n’est qu’une histoire rurale dans un coin boursouflé de chaleur du Mexique profond. Juan Preciado (qui porte le même prénom que l’auteur) arrive à Comala pour y chercher son père : Pedro Paramo. Mais, bientôt, l’atmosphère étouffante, onirique, fatale, et surtout les changements abrupts de narrateurs, emportent le lecteur sur le terrain du réalisme magique. L’omniscience de l’auteur dépose les armes devant les complexités de la filiation et de l’imaginaire, laissant le lecteur désemparé, mais fasciné devant ce village qui à « un goût de malheur ». Grâce aux récits des...
Thierry Guinhut
janvier 2006
Le Matricule des Anges n°69
Le Llano en flammes
de Juan Rulfo
2003
Réédition du premier livre du Mexicain Juan Rulfo, écrivain rare, devenu mythe littéraire. Quand la misère devient source de beauté. Enfant, la mère de Juan Rulfo lui cachait les yeux lorsque les cristeros, paysans fanatisés, opposés à la laïcisation du Mexique faisaient défiler leurs prisonniers jusqu’au lieu de leur exécution. Enfant, il perdit son père à 5 ans, assassiné par les troupes gouvernementales. Son grand-père l’avait été plus tôt, pendu par des bandits, les pouces arrachés. Ce n’est jamais vraiment très drôle de naître (1918) dans un des États les plus pauvres du Mexique lors d’une des périodes les plus chaotiques de son histoire, révolution, contre-révolution, banditisme etc. Est-ce pour ces raisons que...
Dominique Aussenac
février 2004
Le Matricule des Anges n°50